Rencontre avec The Magnets

À l’occasion de leur concert ce soir au T’es Rock Coco, j’ai proposé une interview aux quatre membres de The Magnets. C’était l’occasion pour eux de faire le point sur leur projet depuis la sortie de leur tout récent EP « In Between » sorti le mois dernier et pour recueillir leurs impressions sur ce début de tournée à travers la France. Rencontre.

crédit : Boby Allin
crédit : Boby Allin
  • Bonjour The Magnets, comment allez-vous ?

Très bien ! Un peu fatigués de la route quand même. On a mis 8 heures, je crois, de route pour faire 900 et quelques kilomètres !
900 kilomètres pour venir jouer au T’es Rock Coco !

  • Vous êtes arrivés hier en fin de journée à Angers, avez-vous eu le temps de visiter un peu la ville ?

Hier non, car avec le trajet, ça faisait beaucoup de fatigue, mais aujourd’hui, oui et on avait rendez-vous pour une émission sur Radio Campus Angers.  La visite touristique, c’était ce matin avec le Château d’Angers.

  • Cette tournée, c’est j’imagine également l’occasion de découvrir les coins où vous jouez ?

Pour Angers, on a eu cette possibilité d’arriver la veille et donc de profiter un peu de la ville, mais d’habitude, on arrive sur les coups de 19h, on joue et le lendemain on part, donc pas forcément !
Alors quand on nous dit, « Alors, c’était beau là-bas ? », on répond souvent, « J’ai vu la salle, mais pas trop la ville ! » (rire).
Pour le coup, c’est super sympa d’arriver tôt et d’avoir pu visiter.

crédit : Boby Allin
crédit : Boby Allin
  • Surtout quand il fait beau !

Ouais, ouais (rire). Quand on était à Florence en Italie, il y a trois semaines, on a eu le temps de visiter, on est resté trois jours sur place, mais il a plu tout le temps. On était dégoutés, surtout qu’on nous avait dit qu’il faisait super beau là bas. Du coup, on a une image pluvieuse de Florence.
Là, on va sûrement y retourner cet été et il fera beau et chaud (rire).

  • Vous allez jouer ce soir au T’es Rock Coco, c’est votre premier concert à Angers ?

C’est notre premier concert à Angers et premier de notre mini-tournée.

  • Parlez moi un peu de cette tournée pour présenter « In Between » votre nouvel EP ?

The Magnets - In Between

On a 25 dates qui arrivent. On s’organise, on part en van avec notre chauffeur ici présent, et on fait des concerts. On tourne quoi !

  • C’est un peu plus désorganisé que la boucle du Tour de France quand même, car vous montez, vous descendez, vous remontez et ainsi de suite… c’est une sorte de tournée yo-yo, non ?

Au final, à part cette date à Angers, il ne me semble pas que ça soit tant ça. On fait Caen, puis on va en Angleterre, puis on va à Lyon et on redescend.

  • Je n’ai peut-être pas vu toutes les dates…

C’est possible… Il y a plusieurs mini tournées. Le truc, c’est que ça n’est pas constant. On fait deux trois dates, puis on revient chez nous [à Marseille] dix jours.
Et puis on a eu pas mal de changements comme la date de Caen qui a été déplacée, et vu qu’on n’a pas voulu annuler Angers, ça s’est retrouvé seul.
On essaye quand même de réfléchir pour ne pas faire trop de dépenses, et perdre trop d’énergie, car la route, ça fatigue aussi.

  • À moins d’avoir des couchettes sur la route (rire).

Pas encore (rire).

crédit : Boby Allin
crédit : Boby Allin
  • J’ai pu écouter et même chroniquer votre dernier EP « In Between » pour indiemusic. Je trouve que votre disque a sacrément gagné en maturité et en composition par rapport à « Puzzle ». Est-ce également votre avis ?

C’est aussi le fait qu’il ait été plus travaillé concrètement. On y a passé plus de temps, on a fait plus de recherche.
Et heureusement que tu avances à chaque étape.
Il a l’air plus travaillé parce qu’on l’a plus travaillé.

  • Je trouve qu’il y a plus de titres forts sur ce disque-là surtout.

Ah ouais ? C’est peut-être dû au fait que sur le premier, on s’était un peu plus éparpillé.
Aussi, pour le premier, on nous avait annoncé qu’on avait l’occasion d’enregistrer et du coup, ça s’est fait très vite, dans le rush. C’est un peu comme une éponge, par moment, on absorbait parfois beaucoup de choses et par moments, on râpait un peu.
Là, avec In Between, on a pris vraiment notre temps et décidé de la date de l’enregistrement selon l’avancement de nos compositions… et pas en fonction d’une deadline.
Ça change absolument tout !

  • Et pourquoi avoir choisi de n’enregistrer que quatre titres sur cet EP et pas davantage ?

On avait une quinzaine de titres, on les a écrits sur un tableau et on en a choisi 4 par souci d’efficacité avec une ligne directrice.
On voulait vraiment des titres qui nous représentaient en tant que groupe, à 100%.

  • Et ces autres titres, vous les jouez quand même en concert ?

Oui, oui. On a vraiment raisonné en terme de ligne directrice, de manière globale.

  • 10 minutes pour quatre titres sur ce nouvel EP, vous trouvez ça court vous ?

Disons qu’on s’est interdit de réfléchir à ce côté-là parce que tu te dis sinon « mais c’est beaucoup trop court, va falloir que j’en rajoute ! ».
Du coup, tu vas rajouter pour rajouter…
On composait plus long sur le précédent EP et on est naturellement parti dans l’autre extrême : on a voulu aller droit au but.
Et là, inconsciemment, les nouveaux morceaux qui sont survenus depuis la sortie de l’EP sont plus longs.

  • Votre clip « Observer » tiré d’ « In Between » a été réalisé en stop-motion avec de la pâte à modeler ? En êtes-vous à l’origine ou avez-vous confié ce travail à des passionnés d’animation ?

C’est en effet un court-métrage qu’on a en réalité trouvé sur internet qui est en stop-motion. Pour l’histoire, on devait sortir un clip en dessin animé et on avait fait appel à un réalisateur qui nous a lâchés au dernier moment.
On s’est dit que c’était dommage de ne pas sortir de clip et on a donc fouillé dans le vaste internet et on a trouvé ce film, qu’on a trouvé génial, et qu’on a détourné [car il fait 15 minutes] en clip. Et voilà !
Et heureusement qu’on a sorti le morceau ainsi, car je ne pense pas qu’il aurait eu le même impact sans ça. Le montage colle vraiment à l’histoire…

  • Je pensais vraiment que c’était fait pour…

Le morceau, dans un sens, il parle de ce genre d’histoire en plus.
C’est Guillaume qui a fait le montage et quand il nous a envoyé le premier jet, on a tous été surpris…

  • Et du coup, le type qui a fait le film d’animation est au courant ?

Oui, oui, on l’a contacté.

  • Sur ce nouvel EP, y a-t-il un titre qui vous met tous d’accord ?

Non, je pense qu’on a tous nos préférences. Et puis, on les aime tous !
Peut-être qu’à jouer, celui qui nous donne le plus la pêche, c’est In Between.

crédit : Boby Allin
crédit : Boby Allin
  • The Magnets sur scène, qu’est ce que ça donne ?

À toi de nous le dire !

  • Aujourd’hui, combien de titres jouez-vous sur scène ?

On en joue une douzaine, mais on ne réfléchit pas en nombre de titres, mais en temps.

  • Je vous laisse conclure l’interview.

Merci indiemusic et à ce soir !

  • Bon concert ce soir et merci à vous !

facebook.com/therealmagnets
therealmagnets.com

Crédits photos : Boby – byboby.com

Pour les angevins, l’EP « In Between » est disponible en vente à CDBD.

Partager cet article avec un ami