[Entourage #82] The Fat Badgers

« Soul Train » : retenez bien le nom de cet album, car il pourrait tout simplement changer votre vie. Pour le meilleur : en effet, tandis que les menaces de grèves font rage, que les gens se disputent dans les magasins pour acheter des appareils à raclette en promo, que la haine ambiante se déverse sur les réseaux sociaux et dans les médias, une bouffée d’oxygène et de danse venue de Strasbourg déferle aujourd’hui sans crier gare, et ce n’est certainement pas nous qui allons nous en plaindre ! Couleurs chatoyantes, rythmes qui incitent sans résistance à se mouvoir jusqu’à ne plus avoir en soi une seule goutte de sueur, chœurs et guitares suaves et sensuels ; embarquez sans attendre à bord du « Soul Train » électro-funk le plus excitant de cette morose fin d’année, en compagnie de The Fat Badgers ! Et, pour en savoir davantage, nous vous convions à découvrir l’Entourage de ces musiciens, dont une créature destinée à devenir mythique. Comme le disque lui-même, d’ailleurs ! 

crédit : Bartosch Salmanski

Le Mudd Club

Le Mudd (RIP), c’était notre Mothership. La maison mère des musiciens à Strasbourg pendant sept ans. On y a fait nos premiers concerts devant dix potes, et sept ans plus tard, on faisait 300 entrées (80 places dans le caveau). Sur la fin, nos concerts là-bas c’était 60 degrés, 90% d’humidité. On jouait en slip. Top chaud pour les costumes. Une fois, on a voulu tourner un clip live, les cameramen n’arrivaient pas à essuyer la buée sur l’objectif ; du coup, ils l’ont laissé et ça faisait un filtre flou shiny naturel.

Bref, difficile de dire combien de fois on y a joué, organisé de jams sessions, ou juste bu et dansé sur d’innombrables DJs funk, disco, afro, hip hop, house… Quand il a fermé il y a un an, ça nous a laissé bien orphelins mais les patrons sont devenus des amis, et on y a rencontré pleins d’autres musiciens et amis. D’ailleurs, pour leur rendre hommage, notre leader Leopard DaVinci a réuni la crème des musiciens de la ville pour un morceau hommage qui va du blues, country au disco en passant par le hip-hop, tout à fait dans l’esprit du lieu.


Ben de l’Espace Django

Il y a un moment qu’on connait Ben Van Kote, qui est programmateur à l’Espace Django, une nouvelle salle de musiques actuelles à Strasbourg. On avait l’envie d’organiser des soirées complices avec des breakdancers, suite à des fins de concerts à Francfort, où on partait en impro avec des breakers incroyables. Quand on lui a proposé ça, il s’est dit que le problème était de réserver ça à des danseurs confirmés, et que les autres n’oseraient pas. Il a donc proposé d’organiser plutôt une soirée « Soul Train » en reprenant le modèle du line dance de l’émission, avec nous en live sur scène. On ne savait pas du tout à quoi s’attendre, et ce fut totalement fou. Trois heures de live avec les gens à fond au bout de trois minutes, et qui en redemandent… Depuis, on a développé le concept. On a créé une scénographie, intégré un danseur et un MC. On a organisé avec l’Espace Django des éditions inoubliables dans la nef du Musée d’Art Moderne et dans le hall de la gare de Strasbourg.


Joseph et Louis de Black Milk Music

Deux jeunes Nancéiens qui sont venus nous voir à nos débuts. Ils étaient en train de monter un label de musiques groove et électro. On avait aucune idée à l’époque de comment sortir du son et eux avaient besoin d’artistes à défendre. On a sorti tous nos disques avec eux et on fait notre petit chemin en même temps qu’eux ; à chaque album, on s’améliore et chacun en profite. Louis a installé un studio pour le label à Nancy, en mode « tout-analo » et on y a fait des sessions d’enregistrement sur bande, qu’on re-sample par la suite pour créer nos morceaux. Il y enregistre ses groupes The NCY Milky Band et M.A Beat! qu’on vous recommande chaudement.


Dirty Deep

Nos potes strasbourgeois, d’autres piliers du Mudd Club. Ça représente bien l’état d’esprit qu’il y a à Strasbourg en ce moment. Leopard DaVinci a un groupe d’afrobeat et de rock avec leur bassiste Adam (qui chante sur deux morceaux à nous). Du coup, quand ces deux sont pas dispos, notre bassiste joue avec eux, etc. Tous les hivers depuis quatre ans, on part ensemble une semaine à Avoriaz, on joue tous les soirs dans un bar, on fait la teuf et on skie. C’est notre petite semaine changement d’air, on vit les uns sur les autres, on rigole beaucoup trop, et tous les soirs on joue, du blues, du funk, du rockabilly, peu importe. Leopard a même joué en première partie de Johnny avec eux.


Brunul

Brunul est une créature fantastique malfaisante dont le corps tient pour moitié du blinis au camembert et pour l’autre moitié de la clé de douze. L’évidence de son existence nous frappa lors d’un voyage à Giou-de-Mamou, dans le Cantal. Il faisait beau et nous mangions un sandwich sans pain dans le Fiat Multipla. S’ensuivit une cascade d’événements sans gluten qui nous bouleversa tous, et nous fit voir les choses d’un œil nouveau : notre musique n’a plus jamais sonné comme avant, grâce à lui. Que Dieu le constipe !


« Soul Train » de The Fat Badgers, disponible depuis le 29 novembre 2019 chez Black Milk Music.
Release party à Paris (le Petit Bain) le 30 novembre 2019 (toutes les infos ici).


Retrouvez The Fat Badgers sur :
FacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami