Rencontre avec The Bengsons

Abigail et Shaun forment certainement le couple de musiciens new-yorkais le plus adorable de la planète. Après un premier album, une comédie musicale et un récent EP « Hundred Days », The Bengsons semble ne pas vouloir prendre de vacances !
J’ai décidé de prendre contact avec le duo amoureux pour parler de leur duo, de leur dernier EP, de leurs spectacles et de ce qu’on peut attendre d’eux prochainement sur scène comme sur platine. Une très belle rencontre sincère et heureuse.

Note for our readers : an english/original version of this interview is available after the french one.

The Bengsons
crédit : Paul de Luna
  • Salut Abigail et Shaun. Comment allez-vous ?

Nous sommes très heureux ! Merci de nous recevoir, Fred.

  • L’histoire de votre groupe démarre par une histoire d’amour et celle d’une famille : The Bengsons. Qu’est-ce qui vous a décidé à démarrer un groupe ensemble ?

Nous avons d’abord écrit une chanson ensemble, puis nous nous sommes embrassés, puis nous nous sommes mariés et avons alors monté le groupe. Notre musique et notre amour sont très liés. Mais n’importe qui joue avec nous ou chante notre musique est un Bengson pour la vie à titre honorifique.

  • Votre premier EP « Hundred Days » a pu voir le jour grâce à l’aide des parrains sur le site Kickstarted (équivalent des Ulule et Kiss Kiss Bank Bank français). De quelle manière vous ont-ils aidé pour financer ce projet ?

Nous sommes infiniment reconnaissants de nos incroyables parrains de Kickstarter ! Notre ami Michael Hoch a organisé la collecte de fonds et nos amis, notre famille et notre communauté se sont réunis ensemble d’une manière assez forte pour nous permettre de voir naitre ce disque.

  • Votre groupe me rappelle beaucoup The Weepies. Y a-t-il des groupes qui vous ont influencé pour ce projet ?

Merci ! The Weepies sont incroyables. Nous aimons écouter toutes sortes de musique et tant qu’elle est intègre et n’est pas mesquine, ça doit probablement nous plaire. Nous sommes toujours influencés par la musique de nos amis aussi, dont Anais et Nic (de Walk The Moon) qui participent à l’EP.

  • Quand je regarde votre vidéo live du titre Hundred Days sur votre site, ça semble un peu plus fou et hystérique que sur votre disque. C’est vraiment drôle à voir et j’aimerais bien savoir si chaque morceau prend cette dimension-là quand vous êtes en concert. Si oui, envoyez-moi un ticket d’avion et je saute dans un jet à l’instant !

Yeah ! Saute, Fred, saute !! Oui, nos shows sont très énergiques… nous essayons de donner tout l’amour et la lumière que nous ressentons dans notre cœur dans chaque spectacle. Le sentiment se déplace définitivement selon la nuit et selon qui joue avec nous, mais nous sommes sauteurs et piétineurs et crieurs et amoureux à coup sûr. Nous ne jouons pas calmement. Nous ne savons pas comme s’y prendre.

  • Avant l’EP « Hundred Days », il y a eu votre premier album « The Proof ». Comment mettez-vous en lien ces deux éléments de votre discographie ? Les voyez-vous comme une suite logique ou comme deux projets différents ?

Nous les voyons comme une suite logique. The Proof a été enregistré sans moyens dans notre petite cave d’appartement… c’était notre première expérience pour tenter d’obtenir le son luxuriant que nous avions imaginé, même si nous ne sommes que deux personnes.
L’EP est le fruit d’un effort collectif entre nous et nos incroyables producteurs, et ils nous ont poussés vers un son plus affiné. Quand j’écoute les deux, je peux nous entendre grandir, aller vers et travailler pour exprimer ce que nous ressentons et avons vraiment voulu, avec des outils différents.

  • Pour revenir à votre dernier album, j’ai constaté que votre disque peut être divisé en deux parties avec deux titres vivants et dansants sur « Even Then » et « Hundred Days », puis deux très jolies chansons folk pop, plus calmes et rêveuses avec « Saturdays » et « Bells ». Vous me confirmez ?

Je suis heureux que tu l’aies remarqué !! Oui… nous jouons un large spectre musical lors de nos spectacles et voulions montrer cela. Nous croyons dans le fait de jouer les chansons rapides avec autant d’intimité que les lentes, et les lentes avec autant d’énergie que les rapides. L’EP reflète également un peu la saveur émotionnelle de l’Opera Hundred Days, dont la chanson est extraite. Ce spectacle se veut le reflet de la vie et spécifiquement quand vous n’avez plus assez de temps pour la vivre…nous essayons d’exprimer la passion, la joie, la douleur et le chagrin de tout cela.

  • Vous êtes en duo avec Anais Mitchell sur « Even Then » puis avec Nick Pettrica sur « Hundred Days ». Vous ont-ils contactés pour ces collaborations ou est-ce de votre initiative ?

Anais et Nick sont les meilleurs !
J’ai (Abigail) grandi avec Anais Mitchell dans le Vermont. Nous avions l’habitude de chanter ensemble et avons encore un grand amour pour l’autre et notre maison. Nous cherchions un moyen de collaborer et cela s’est pressenti comme un début délicieux. Et NICK! Nick est venu à deux ou trois de nos spectacles à Cincinnati, dans l’Ohio et nous avons joué un grand spectacle ensemble dans une tempête de neige et nous avons tout simplement adoré son esprit et son cœur tout de suite. Amis pour toujours ! L’amour et l’art !

  • Comment avez-vous travaillé avec eux sur ces pistes ?

Nick nous a envoyé les enregistrements de son home studio et Anais est venue au studio de nos producteurs à Brooklyn.

  • J’aime particulièrement votre titre « Saturdays » qui est très poétique et calme. Comment vous êtes-vous partagé le travail sur cette piste ?

Merci  Fred (ici Shaun !). Saturdays est un titre très important pour nous. Une des choses que nous aimons à propos de cet enregistrement tient du fait qu’il met en lumière le travail à la harpe classique de notre amie Talia. C’est un instrument impressionnant et une grande musicienne ! Cette chanson, Abigail et moi l’avons écrit autour de la table de sa mère quand nous allions lui rendre visite dans le Vermont. Je pense qu’on retrouve un peu le charme de ces belles et calmes maisons anciennes de la Nouvelle-Angleterre dans cette chanson.

The Bengsons - Hundred Days

  • Parlons un peu de l’illustration de votre EP. Qui l’a réalisé et quelle est la signification de cet art en lien avec votre musique, de cette illustration avec une face de jour et une de nuit ?

JE SUIS TELLEMENT CONTENT QUE TU POSES CETTE QUESTION. L’illustration a été réalisée par notre cher ami Simon Miller (Slim Mittens). (Shaun là également !) Simon et moi avant été les meilleurs amis quand nous étions tout petit petit et c’est un designer et un artiste talentueux. Il a capturé la lumière et l’ombre de notre Opera, et de cet EP… la lumière vive courant vers un nouvel amour et la lourde obscurité faisant face à la maladie et la mortalité.

  • Préparez-vous actuellement un nouvel album ou travaillez-vous davantage sur vos prochains concerts ?

Nous faisons les deux ! Nous avons expérimenté beaucoup de nouveaux éléments dans nos concerts récemment… en ajoutant des parties au violoncelle et construisons des paysages sonores fous avec notre groupe de la west coast (youpi Kate, Dan et Josh !). Nous venons tout juste de commencer le travail sur notre prochain EP.
Les nouvelles chansons ont commencé à prendre forme, nous sommes vraiment excités à leur sujet. Nous nous sommes penchés sur des airs de danse plus lourds récemment, qui a été très amusant. Et une nouvelle ; Abigail joue désormais de la batterie !

  • Prévoyez-vous de venir jouer en France pour quelques concerts ?

Oh oui ! Nous préparons activement une tournée avec notre ami Julien et sa structure Five Roses.
Les dates sont encore en train d’arriver… ce sera soit en mai soit au début de l’automne. Nous vous tiendrons au courant bien sûr!

  • Et si on parlait un peu de votre comédie musicale « Ain’t That Good News and The Magic Show: The Story of the Barefoot Angels » qui vous a permis de voyager à travers les US et le Monde ? Qu’est-ce que cette expérience vous a apporté pour votre groupe, et dans votre relation avec votre public ?

Nous sommes très reconnaissants de chacun de ces deux spectacles, nous avons appris énormément.
Chacune d’entre elles était à moindre échelle le spectacle d’une personne, chacune axée sur la narration d’histoires vraies que nous avons apprises lors de nos déplacements. Ces spectacles nous ont également ouvert beaucoup de portes, ce qui nous a permis de construire la version scénique d’Hundred Days avec des artistes vraiment incroyables (y compris notre directrice, Anne Kauffman, avec qui nous sommes très fiers de travailler !).

  • Merci infiniment et plein de belles choses pour vous deux Abigail et Shaun.

Merci beaucoup Fred ! Nous espérons faire ta rencontre en personne quand nous serons en France !

bengsons.com
facebook.com/thebengsons
twitter.com/thebengsons


The Bengsons
crédit : Paul de Luna
  • Hi there Abigail and Shaun. How are you?

We are happy! Thanks for having us, Fred.

  • The story of your band is about a love story and a family story : The Bengsons. How did you decide to start a band together?

First we started writing a song together, then we kissed, then we got married and started the band. Our music and our love are very entwined. But everyone who plays with us or sings along to our music is an honorary Bengson forever.

  • Your first EP « Hundred Days » was released with the help of the Kickstarter backers. How did they help you to finance your project?

We are so very grateful to our amazing Kickstarter backers! Our friend Michael Hoch organized the fundraising and our friends, family, and community came together amazingly to help us make this record happen.

  • Your band reminds me of The Weepies. Is there any band who influence you for your project ?

Thanks! The Weepies are awesome. We love listening to all kinds of music and as long as it has integrity and isn’t mean-spirited, we will probably be a fan. We are always influenced by the music of our friends as well, including Anais and Nic (Walk The Moon) who are on the EP.

  • When I look at your live video of Hundred Days found on your website, it seems you are a little bit more crazy and hysterical than on your disc. That’s really funny to see and I would love to know if every track is like this one when you’re on stage. If yes, send me a plane ticket and I’ll jump on a jet right now!

YAY! Jump, Fred, Jump!! Yes, our shows are very energetic… we try to give all the love and light we feel in our hearts at every show. The feeling definitely shifts depending on the night and who’s playing with us, but we are jumpers and stompers and shouters and lovers for sure. We never play it cool. Don’t know how.

  • Before « Hundred Days EP », there was your debut album « The Proof ». How did you envisage the relationship between those two elements of your discography ? Like a suite or something really different?

They feel like a continuum to us. The Proof was recorded alone with no budget in our little basement apartment…it was our first experiment in trying to achieve the lush full sound we imagined even though we are only two people. The EP was a collaborative effort between us and our awesome producers, and they definitely pushed us to access a more refined sound. When I listen to the two, I can hear us growing and reaching and working to express what we felt and truly meant, with different tools.

  • To come back on your latest release, it seems for me that your disc can be divided in two parts with two first living and dancing tracks on « Even Then » and « Hundred Days », then two really sweet folk pop songs, more peaceful et dreamy with « Saturdays » and « Bells ». Do you agree ?

I’m glad you noticed!! Yes…we play a wide spectrum of music at our shows and wanted to show that. We believe in playing the fast songs with as much intimacy as the slow ones, and the slow ones with as much energy as the fast ones. The EP also shows a little taste of the emotional journey the of the Opera Hundred Days, that the songs are a part of. The show is about celebrating life even and especially when you don’t have much time left to live it…we tried to express the passion and the joy and the pain and sorrow of that.

  • On « Even Then » you are in featuring with Anais Mitchell then on « Hundred Days » with Nick Pettrica. Did they contact you for this collaboration or did this come from your initiative?

Anais and Nick are the best!!
I (Abigail) grew up with Anais Mitchell in Vermont. We used to sing together and still have great love for each other and our home. We had been looking for a way to collaborate and this felt like a delicious beginning. And NICK! Nick came to a couple of our shows in Cincinnati, Ohio and we played a great show together in a blizzard and we just loved his spirit and heart right away. Friends forever!! Love and art!!

The Bengsons
crédit : Paul de Luna
  • How did you work with them on these tracks?

Nick sent in recordings from his home studio and Anais came to our producers studio in Brooklyn, NYC.

  • I especially love your track « Saturdays » which is really poetic and calm. How did you share the work to record  this track.

Thanks, Fred. (Shaun here!) Saturdays is a very important song to us. One of the things we love about how this recording turned out is it really spotlights our friend Talia’s work on the classical harp. Such a great instrument and such a great musician! This song Abigail and I wrote around her mother’s table while we were home visiting her in Vermont. I think there is some small quality of those beautiful, quiet old houses in New England to this song.

  • Let’s talk about the artwork of your EP. Who made this and what is the signification of this art in relation with your music, of this cover with a day and a night side?

I AM SO GLAD YOU ASKED. The art is by our dearest friend Simon Miller (Slim Mittens). (Shaun here again!) Simon and I have been best friends since we were wee little ones and he is a brilliant designer and artist. He captured the light and darkness of the Opera, and of the EP… the bright rushing light of running towards new love and the heavy darkness of dealing with illness and mortality.

  • Are you currently preparing a new album or are you working more on your coming live shows?

We are doing both! We have been experimenting with a lot of new elements in our live shows recently… adding some cello parts and building crazy soundscapes with our west coast band (yay Kate, Dan, and Josh!). We are just beginning the work on our next EP. The new songs are starting to come together, we are feeling really excited about them. We’ve been leaning into our more dance heavy tunes recently, which has been very fun. And another new thing is Abigail is now playing the drums!

  • Are you still planning to come to France for some shows?

Oh yes! We are booking a tour right now with our friend Julien over at Five Roses. Dates are still coming together… we are either coming in May or in the early Fall. We will keep you posted for sure!

  • Let’s have a look at your musical « Ain’t That Good News and The Magic Show: The Story of the Barefoot Angels » which led you around the US and the world? What did this experience bring you, with your band and your relation with the audience ?

We are very grateful to both of those shows, we learned a huge amount putting those shows together. Both of these pieces were smaller scale two person shows, both focused on the telling of true stories that we had learned in our travels. They also opened a lot of doors for us, which has allowed us to build the stage version of Hundred Days with some really incredible artists (including our director, Anne Kauffman, who we are very proud to be working with!).

  • Thanks a lot and all the best Abigail and Shaun.

Thanks so much Fred! Very much hope to meet you in person when we come to France!

bengsons.com
facebook.com/thebengsons
twitter.com/thebengsons

Partager cet article avec un ami