[LP] Talk To Her – Love Will Come Again

Se démarquant totalement de la production revival rock actuelle, Talk To Her s’inspire du spleen disparu mais magnifique de la fin du siècle dernier, sans pour autant oublier de faire de « Love Will Come Again » la figure de proue d’un genre nouveau, à la fois sobre dans son interprétation et lumineux dans ses intentions.

crédit : Sara Murrone

Tandis que bon nombre de groupes rock actuels – ou, du moins, ceux pour lesquels les années 80 paraissait être la meilleure vague à surfer afin d’envisager une renaissance doublée d’un haut potentiel créatif – cherchent à dépasser les frontières de leur art et à se lancer dans des exploits plus techniques et expérimentaux, il est triste de constater que les écueils, nombreux, sont parfois percutés de plein fouet. De ce fait, ce qui nous plaisait dans les premiers exploits discographiques de projets tels qu’Interpol ou Editors continue certes de nous intéresser, mais au prix élevé de voies différentes et pas forcément fédératrices. Qu’on se le dise : la new wave et sa sœur maudite, la cold wave, ont imprégné les guitares de leur froideur mécanique et mélancolique, ce qui en fait le repère idéal des générations perdues du XXIe siècle. Le salut arrive cependant d’Italie, ce que l’on ne soupçonnait absolument pas : Talk To Her, formé en 2015, a parfaitement appris ses leçons et offre, grâce à « Love Will Come Again », un ouvrage noir, distordu et empli de détails rythmiques où l’électronique devient immédiatement sublime.

« Love Will Come Again » est une déviance sonore, un condensé de sueur glaciale et de tempête intérieure difficilement contrôlable. La sensibilité à fleur de peau qui porte « Innocence » et « Set Me Free » en son sein prépare le terrain vague et gris du déchaînement des éléments qui va suivre. « Ibisco » explose à travers une lutte incessante de basse et de synthé, avant que l’étrangeté inhérente à « Hollow » n’impose une fièvre ondulant sous nos peaux anesthésiées. Lutte incessante entre l’étouffement et l’inspiration salvatrice, l’opus est une bâtisse hantée dont chaque pièce dissimule son lot de sensations forte, à l’image de la danse diabolique de « No Other View » (et son écho ambient deux pistes plus tard) ou des réverbérations fantomatiques de « Away / Afraid », labyrinthe mental dont on ne peut à aucun moment soupçonner l’issue. De la lumière aux ténèbres, « Confessions » pourrait rapidement tourner au cauchemar si les esprits qui l’habitent n’étaient pas si fascinants. Une fin ouverte, un dernier appel à l’aide.

Talk To Her nous laisse bouches bées devant sa maîtrise incontestable de mélodies tour à tour volcaniques et gelées. Un voyage astral vers l’inconnu, là où les Grands Anciens nous observent et attendent leur heure.

crédit : Carlotta Bianco

« Love Will Come Again » de Talk To Her, disponible depuis le 14 février 2020 chez Shyrec / Icy Cold Records.


Retrouvez Talk To Her sur :
FacebookInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami