[Live] Talisco à la Cigale

Mardi 10 juin 2014, Talisco s’est offert la Cigale pour sa première date dans une grande salle parisienne. Un concert que l’on attendait avec impatience et qui marque son entrée dans la cour des grands.

Talisco © Solène Patron

Une belle première partie précède l’arrivée de Talisco. Le groupe Duel – porté par le tandem Julien Boulfray et Brieuc Carnaille – nous offre une bonne tranche de poésie habillée d’une pop sautillante et enjouée.La formule guitare-voix s’est habillée de sonorités électros et on est vite embarqué par l’énergie de leurs morceaux issus de leur EP « Vertiges ». Le public se laisse doucement glisser dans leur monde rempli de rêves, de fantaisies verbales et de paroles malignes.

Duel par Solene Patron

Talisco, c’est un livreur de rêves. « Run », une sorte d’album-cocon. On s’y love avec délice pour donner libre court à son imagination et à ses envies d’errance. De préférence dans un rocking-chair et, encore mieux, un bourbon à portée de main.

Mais ce soir, à la Cigale, Talisco est sorti de son cocon douillet pour nous offrir une grande envolée rock. « C’est notre première à la Cigale. C’est juste énorme », annonce d’emblée Jérôme, alias Talisco. Énorme, c’est aussi le mot qui vient à l’esprit dès les premiers morceaux joués.

Exit celui qui, à ses débuts, se tenait sagement debout, presque immobile, et esquissait un sourire timide. Le leader a chassé les doutes et se révèle très à l’aise sur scène, se laissant porter par le courant au côté de ses deux complices : Gauthier à la batterie et Thomas à la guitare. L’assistance est dans la poche en trente secondes à peine. Talisco est devenu libre, aussi libre que sa musique. Il nous offre un set puissant, voire orageux, soutenu par des jeux de lumière électrisants.

De « Sorrow » à « My Home » en passant par « Follow me » et « In Love »,  le trio déroule ses titres avec un son beaucoup plus brut et taillé pour la scène. Il calme le jeu un instant avec « Lovely » (qui fera chavirer plus d’un cœur !), avant de reprendre de plus belle avec une reprise de Depeche Mode sur « Never Let Me Down Again ».

Les guitares s’emballent, la batterie s’affole…  jusqu’à l’apothéose finale, avec une version revisitée de « Your Wish » et de « Follow Me ». En parfaite osmose avec ses musiciens, qui font également les chœurs, Jérôme impose son timbre chaud et écorché.

La prestation d’1h15 passe à la vitesse d’une étoile filante et s’achèvera par l’ovation d’une Cigale plus qu’enchantée. Le concert est terminé, mais il y a fort à parier que Talisco va poursuivre sa route vers les plus hauts sommets.


Retrouvez Talisco sur :
Site officiel Facebook

Partager cet article avec un ami