[LP] Sweet Gum Tree – Sustain the Illusion

Arno Sojo, musicien français se cachant derrière l’entité Sweet Gum Tree, a choisi sur son deuxième album « Sustain the Illusion » d’aller à l’essentiel en se concentrant sur une écriture pop resserrée, pleine de charme et de retenue. Sweet Gum Tree est désormais son terrain de jeu solo, mais pas forcément solitaire, après quelques années au sein du groupe Sojo Glider. Épaule par le fidèle David Odlum pendant l’enregistrement au studio Black Box, notre musicien a donné corps à un univers bienveillant tout en nuance, n’étant pas sans rappeler d’élégantes productions échappées des fameuses « eighties » et « nineties ».

L’ambiance qui se dégage de ce disque est presque à contre-courant des sonorités, qui prospèrent aujourd’hui dans les canaux de streaming de l’industrie musicale. Dès un premier morceau « Breaking The Bond », notre homme nous accueille avec une grande générosité. La musique de Sweet Gum Tree s’étire comme une délicieuse grasse matinée, les aiguilles de l’horloge vacillent et se perdent dans les effets tourbillonnants de la guitare. Dès les premiers temps de ce LP, notre musicien installe ses attachantes compositions (« Breaking The Bond », « Twinkle », « Someday »), que la contrainte (volontaire ?) d’une instrumentation ingénieuse et bricolée révèle au filtre de la simplicité de lents développements tout en respiration.

Des espaces se créent en permanence, permettant des arrangements fins et prompts à la suggestion. Très vite en effet, nous sommes surpris par la force évocatrice des climats de chacune des chansons de ce long format, dont l’intensité progresse de minute en minute. Des couleurs pastel apparaissent, des images se confondent et se superposent, les émotions se diffusent progressivement sans verser dans le foisonnant. Peut-être induit en erreur par cette pochette confondante et sombre, il se dégage une véritable lumière de ces instants fragiles et élégants. Bien sûr, le fil conducteur de « Sustain the Illusion » est sans aucun doute cette voix : une voix qui s’assume sans être tyrannique, mais qui incarne avec beaucoup de force et de justesse les nuances d’une écriture singulière et très personnelle. Parfois très proche dans le fond comme dans la forme, du musicien et chanteur David Sylvian (leader du groupe culte Japan, précurseur à la fin des années 70 du mouvement néo-romantique anglais et ayant construit une discographie passionnante sous son propre nom jusqu’à aujourd’hui), Arno Sojo puise son inspiration dans l’intemporalité et la force poétique d’une certaine époque et de disques, qui bien que marqués dans leurs esthétiques propres, traversent comme par magie, les années. Nous pensons par exemple, à l’album « Dead Bees on a Cake » de ce même D. Sylvian (sur « Someday » et « Fairweather Faith ») ou encore à l’immense « Figure 8 » du regretté Elliott Smith. Et la liste pourrait être longue et certainement faire l’objet d’une éclairante conversation avec notre ami du jour.

Étant aussi parfaitement capable de taquiner Placebo sur la voie de mélancolie et du désenchantement bruitiste sur le surprenant « Guilt Trip », objet qui provoque d’ailleurs une rupture (intéressante) dans le tracklisting de cette œuvre riche et passionnante, notre artiste angevin (doit-on le rappeler !) manque peut-être parfois de confiance, pour oser défier pacifiquement certaines icônes de la musique Pop. Et par moments, nous aurions même presque envie que ses chansons se débarrassent de leurs beaux habits, pour mettre une bonne fois pour toutes, en évidence les vertus d’un songwriting qui ne font aucun doute, en mode guitare/voix, comme pour le justement nommé « Burn Your Icons ».

crédit : Christophe Crénel

« Sustain the Illusion » reste une belle surprise de notre année 2017, un album humain et volontaire, qui loin de la démesure et de l’emphase systématique, nous touche par la vigueur de ses sentiments et sa généreuse sincérité ; à l’image du touchant « The Gift », qui conclut avec « Keeper » ce nouvel effort studio.

« Sustain the Illusion » de Sweet Gum Tree est disponible depuis le 31 mars 2017 chez The Orchard et Plastic Head.


Retrouvez Sweet Gum Tree sur :
Site officielFacebookTwitterBandcamp

Partager cet article avec un ami