Quand Sweatshop met tout le monde d’accord au Chabada

Hier au Chabada, j’attendais avec impatience le concert des Danois de Sweatshop alors que l’ami Kalcha, responsable de la revue « Le Yéty », passait sa très chouette sélection de vinyles dans l’esprit de la soirée et du commencement des soirées « Hip Hop Is Not Dead ».

Alors que le club du Chabada ne fera pas complet ce mercredi soir, les trois membres fondateurs de Sweatshop, Kuku Agami, Jonas Rendbo et Daniel Fridell, accompagnés de leurs musiciens ne feront quant à eux pas faux bond au public et démarreront avec enthousiasme un set des plus efficaces.

Sweatshop

Après une intro sur « Kund », les deux leaders ; le MC Kuku Agami et le chanteur Jonas Rendbo se partagent le chant pour démarrer véritablement le concert sur « The Hustle » : alliance maitrisée du hip-hop et du rnb.

Sweatshop

L’enchainement se fera sur le dub très rythmé de « Can We Get Hooked Up? », puis sur l’hybride « Jungle Fever » où la voix de Jonas Rendbo pourrait s’offrir la comparaison avec R.Kelly, époque Chocolate Factory alors que celle de Kuku Agami pencherait davantage pour celle de Nas.

Sweatshop

Coup de cœur pour « Make It Count » à l’ambiance feutrée et « I Wanna Know » propulsé par des riddims intenses en live à la manière de ceux des Black Seeds néo-zélandais. Rien ne semble trop ambitieux pour le projet danois qui se révèle à l’aise dans de nombreux registres.

Sweatshop

Croisant leurs influences hip-hop, soul, reggae, dub et rnb, Sweatshop a offert un set très généreux de dix-sept pistes, sans interruption, permettant d’apprécier en avant-première « Can We Get Hooked Up? », son premier album prévu pour le 15 avril prochain et de confirmer le talent des Danois révélé sur leur premier EP « The Getaway » sorti en fin d’année dernière chez nous.

Sweatshop

Pour cinq petits euros à l’entrée, Sweatshop n’a pas été avare envers le public angevin et a largement récompensé ces derniers en leur offrant une prestation de grande qualité.
Après leur concert, le groupe réuni autour du stand merchandising, où les quelques vinyles mis en vente n’ont pas eu beaucoup de mal à trouver vite preneurs, a échangé avec intérêt avec le public.
J’ai pu apprécier la gentillesse et la proximité offerte par les six musiciens, et pour tout vous dire, j’ai même pu les accompagner dans leurs loges pour continuer la conversation et réaliser quelques portraits du groupe en souvenir de leur passage au Chabada.

Sweatshop

Avec cette première soirée « Hip Hop Is Not Dead », Sweatshop a ouvert la voie aux Américains de The Procussions qui, on l’espère, feront tout aussi bien rimer le hip-hop avec talent et énergie mercredi prochain.

soundcloud.com/sweatshopcph
facebook.com/pages/Sweatshop/173115082757412

Partager cet article avec un ami