[LP] Subheim – Foray

Avec un disque aussi ténébreux que mélancolique, Subheim signe rien de moins qu’un monument atmosphérique puissant et magnifique. Une référence incontournable.

Subheim - Foray

Il suffit parfois de se plonger dans les effluves doux et entêtants d’une musique qui, de par sa simplicité, nous possède et nous étreint, pour se sentir flotter dans une délicate torpeur qui nous apaise et nous guide vers un ailleurs indescriptible. Et, en découvrant « Foray », le nouvel album de Subheim, c’est exactement ce qui se produit : un repos du guerrier perdu entre le constat de la perte et celui, plus intime, de l’errance, servi par des instrumentations dont la beauté n’a d’égale que la force d’évocation des émotions les plus pures. Un disque souffreteux mais confortable, où l’on se laisse guider à travers les grottes à demi éclairées d’un paysage nocturne, pluvieux et chargé de sens.

Les expérimentations sonores contenues dans « Bitter », au titre largement évocateur, ne laissent pourtant en rien deviner les événements à suivre. Car, dès que les nappes synthétiques de « Neon » s’invitent à la danse (macabre, cela va sans dire), trouvant plus loin leur apothéose dans le magnifique « Night Walk », on se sent immédiatement happé, captivé par ces ambiances déliquescentes et magiques. Alliant un trip hop hypnotique (Foray, Red Ridge) à un spleen aérien et éternel (Berlin), tout en s’octroyant la liberté d’inviter un piano solitaire sur ses terres trempées de larmes et du fruit de rivières souterraines (Alone, Silence), l’artiste accélère le tempo pour mieux nous électriser et nous emporter (Forsaken, Arktos). De superbes instants de contemplation et de méditation, qui ne cesse de nous surprendre pour mieux nous prendre et nous perdre.

Les tonalités arabisantes, les cuivres sobres et quelques bruitages intelligemment apportés et efficaces achèvent de démontrer que « Foray » est un LP remarquable et merveilleux, même si la tristesse irrémédiable qui en découle demande des conditions d’écoute solitaires et introspectives. Comme marcher dans le noir, alors que la bruine imprègne nos vêtements et que seules les lumières des phares de véhicules rares et lents nous éclairent. Traversant des lieux délabrés et depuis longtemps abandonnés par l’homme, Subheim enregistre chaque son, chaque murmure dans une grisaille perpétuelle et sublime. Après deux albums déjà splendides, il aura fallu attendre cinq longues années pour goûter à cette offrande aussi attendue que fébrile ; et autant dire que les heures passées à patienter sont ici récompensées à leur juste valeur. Voire au-delà.

Subheim

« Foray » est une constante remise en question de l’ambient, de toutes les libertés que ce genre contient et autorise à manipuler, en y apportant des éléments inédits et savants. Nul doute que le disque nous hantera encore longtemps ; ce dont on ne va pas se plaindre.

« Foray » de Subheim est disponible depuis le 27 novembre 2015 chez Denovali Records.


Retrouvez Subheim sur :
FacebookTwitterBandcamp

Partager cet article avec un ami