Une soirée indiemusic réussie à la Dame de Canton

Jeudi dernier, indiemusic et Flying Cow Prod ont fait la fête ensemble. C’était leur soirée. C’était sur le plancher de La Dame de Canton et ce fut une sacrée aventure. Trois groupes. Trois sons. Trois heures à tanguer. Retour sur un soir à naviguer sur des vagues musicales.

The One Armed Man par Solene Patron (2)
crédit : Solène Patron

Quand il s’agit d’un plateau de trois sets, peut-on parler de premières parties ? De groupes attendus ? De groupes d’attente ? Je ne crois pas. Pourtant, il est toujours difficile d’y voir clair dans un public qui vient souvent pour son poulain.

crédit : Solène Patron

No Money Kids a ouvert le bal en inscrivant de belles lettres de noblesse à cette soirée. À coup de riffs incisifs et précis, les deux gars électrisent la jonque. Et voilà que déjà le bateau tangue. Ils sont deux et les remous beaux. Guitare/basse et voix/machine. Ils naviguent entre électro et rock, sans prendre le chemin habituel et fade de la pop. Ne pas tomber dans le piège du trop mielleux, du trop coloré. Ils s’en sortent magistralement bien et leur set devient bien plus rock qu’autre chose. La guitare en est convulsive alors que la basse reste aguicheuse et posée. La voix se fait moins saturée et les mélodies toujours aussi bien pensées. No Money Kids joue des rythmes et des temps forts. No Money Kids joue un rock au timbre séduisant et malin. Ça paraît si naturel et si simple, que ça en devient tellement bon.

crédit : Solène Patron

The One Armed Man prend le relais. On laisse la subtilité pour quelque chose de beaucoup plus franc et intense. Le groupe offre un set lourd et pourtant parfois si aérien. Pesanteur presque vertigineuse, là où la voix se fait douloureuse. Là où les mots et les souffles semblent en fin de course. Leur rock est maîtrisé et pourtant peut-être trop sécurisé et sécurisant. Les ficelles ne demandent qu’à être coupées. Les quatre garçons ne sont certainement pas un caillou dans la chaussure, et il est vrai qu’on peut avouer que ça fait parfois du bien de savoir où la musique nous amène. Ici The One Armed Man nous offre un voyage sans tumulte et sans peur. Embarcation sereine. Dans tous les cas, La Dame peut vous l’assurer, ses parois ont vibré.

crédit : Solène Patron

Il faut se le dire, In The Canopy était certainement le groupe attendu. Pourtant; même si on connaît leur EP « Never Return », les Parisiens prennent les lives à contre-pied et nous surprennent. Alors presque rien ne sera ce dont à quoi on peut s’attendre. Dans la cale de La Dame, le son si singulier qui fait leur art rock se métamorphose en puissance. La voix déjà tellement profonde et planante s’intensifie et se perd dans les eaux troubles des sens ou du fleuve. Le frisson en est plus grand. Puis comme toujours, les groupes nombreux, ceux où les corps se serrent, transforment le peu d’espace de la Jonque en douce promiscuité. Le premier rang est tout près et ça se sent. Création d’une certaine communion, d’une certaine confiance, d’une certaine bienveillance. Le concert fut doux, fut bon, fut beau.

La soirée main dans la main d’indiemusic et de Flying Cow Prod a résonné la cohérence et la finesse. D’abord électrisante, elle s’est transformée, peu à peu, sur les dernières notes, en une tendre berceuse. On se dit à bientôt.

facebook.com/nomoneykids
nomoneykids.com
facebook.com/theonearmedmanmusic
theonearmedman.com
facebook.com/InTheCanopy
inthecanopy.fr

Partager cet article avec un ami