[EP] Sekuoia – Reset Heart

Entre minimalisme et atmosphères ambient bleutées, Sekuoia nous offre la contemplation de nappes musicales inspirantes aux couleurs pastels.

Sekuoia - Reset Heart

L’exercice de la musique minimaliste est toujours un peu risqué ; surtout lorsque celle-ci côtoie les frontières de l’expérimental et de la tentative d’exploration des sons. La limite entre dissonance et mélodie est ténue, infime, entraînant de ce fait soit la fascination, soit l’ennui. Il est alors délicat, pour les compositeurs, de mettre l’accent autant sur des sons agréables que sur une tentative d’emmener ce qui est créé plus loin et d’inciter à la réflexion ou à l’écoute active.
« Reset Heart », nouvel EP du créateur danois Sekuoia (aka Patrick Alexander Bech-Madsen), est une prouesse de quatre titres faisant le grand écart les uns entre les autres. Un pari osé autant qu’un disque suave et intelligent, mêlant les tonalités les plus sobres à des rythmiques et arrangements sophistiqués, et parvenant ainsi à nous entraîner dans une rivière harmonique qui ne peut nous laisser indifférents.

Car l’homme connaît par cœur les atmosphères qu’il parvient à délayer avec talent et sensibilité tout au long du disque. Passant de sonorités ambient mystérieuses et subtiles (Bella) à des samples imbriqués les uns aux autres dans un bricolage trip-hop inattendu (Waves), il explore les possibilités infinies de l’artifice afin de leur apporter un visage humain, doux et mûrement réfléchi. N’oubliant jamais d’affirmer, grâce à des percussions synthétiques martiales baignées de nappes ténébreuses et jazzy (Broke), son langage propre et inné, il continue à aller de l’avant, toujours en tenant le rôle d’un équilibriste artistique confronté au vent électro qui menace à chaque instant de le déstabiliser.
Une fois assuré et attiré par les repères de l’autre côté qui lui tend les bras, il s’offre un temps de repos et nous confie alors un titre magique et dépouillé, motivé par une voix aiguë et échantillonnée conversant avec un riff de guitare simple mais répondant parfaitement à la subtilité instrumentale de cette part tangible de délicatesse (Somewhere).

« Reset Heart » devient de ce fait une invitation au voyage, suivant la dérive, dans le brouillard, d’une embarcation ne voyant plus la côte, entre jour et nuit. Un moment suspendu sur une mer d’huile mélodique, tandis que l’on regarde au loin sans distinguer le moindre ponton ou une infime rédemption. Mais c’est justement ce qui fait le charme de cet EP : on aime s’y perdre, voire s’y noyer.
Car, plus que de dépasser les limites fragiles de l’électro, Sekuoia préfère s’en éloigner afin de donner à sa musique un sentiment surtout physique et humain. Grattant les roches effritées d’un genre pourtant affirmé, il caresse au pinceau les aspérités les plus sauvages afin de mieux les appréhender dans leur essence la plus brillante. Et plus on observe ces callosités devenant rapidement lisses et belles, plus l’on s’y égare, avec une affection et un attrait difficiles à contrôler. Peut-être que, tout simplement, cette barque est notre existence, entre enfance et âge adulte ; garder l’innocence tout en essayant de contempler un avenir incertain, mais en conservant à l’esprit ce que l’expérience artistique nous révèle pour mieux aller de l’avant, grâce à cette illustration sensible de ressentis et d’impressions contradictoires mais inévitablement complémentaires.

Sekuoia

En quatre titres, Sekuoia explore avec humilité ce que l’électronique ouvre comme possibilités tangibles et épidermiques. Ne reste plus qu’à lui accorder tout l’intérêt que ce formidable artiste mérite.

« Reset Heart » de Sekuoia, sortie le 2 mars 2015 chez Ventura Records.


Retrouvez Sekuoia sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami