[Entourage #114] Sahara

Insaisissable et libre, foncièrement indépendant, telle pourrait être une parfaite introduction pour présenter le groupe Sahara, qui s’organise aujourd’hui autour d’un duo principal composé par Blondine et Jeremy, deux musiciens aventureux et créatifs de l’objet pop, souvent rejoint par leur batteur attitré Swann. Ils se définissent d’ailleurs eux-mêmes comme les Blonde Redhead français qui ferait l’amour à King Crimson au Brésil. Si une telle analogie serait dans bien des cas, le simple jeu d’une formule clinquante et tape à l’œil ; à l’inverse, avec Sahara, il correspond de manière surprenante à la réalité, en particulier sur leur dernier EP, « Family Talk », et nous pourrions même ajouter de notre côté, « après avoir écouté l’intégralité du catalogue de Saravah, le label de Pierre Barouh ». Ce qui frappe ainsi chez ces musiciens bordelais, c’est leur capacité à s’émanciper en permanence du diktat de la tendance et du bon goût autoproclamé au sein de l’industrie musicale, en développant une vision musicale très personnelle et totalement assumée. À travers leur musique psychédélique et versatile, ils activent énormément de fraîcheur, de légèreté, mais aussi d’intensité et de musicalité, le tout avec une sorte de détachement permanent, qui les empêche de se prendre (trop) au sérieux (esprit dada sort de ce corps !). En toute cohérence, ils nous invitent avec beaucoup d’esprit et de malice dans ce nouveau numéro d’entourage à une ouverture d’esprit underground salutaire et grisante, en retenant avant tout l’amitié, la créativité et, tiens, comme par hasard la famille !

crédit : Chloé Gourmanel

Benkadi

C’est le groupe que notre amie Mélissa Hié mène avec son frère et sa sœur. Ielles sont percussionnistes, djembefollas, chanteur.se.s et balafonistes. Leur musique est un mélange de musique traditionnelle burkinabè et d’électro. C’est très touchant de les voir jouer et de sentir à quel point la complicité familiale peut offrir quelque chose d’unique. Dès qu’on a l’occasion, on invite aussi Mélissa à jouer avec nous, c’est vraiment une percussionniste incroyable.


Pyramid Kiwi

Trio de copain/copine garage/punk qu’on adore et dont les concerts sont super rafraîchissants. Un mélange nostalgique entre les Raincoats, les Velvet et beaucoup de fun. Le groupe est composé de deux sœurs jumelles Marceau, c’est étrange à voir en live !


Sugar Candy Mountain

From America ! Une vraie piscine psyché-pop. On avait joué avec eux dans un concert souterrain avec l’asso Sonatik à Bordeaux. Ielles nous avaient ensuite invité à les suivre pour jouer au Pop-up du label. Le groupe est leadé par un couple qui vient juste de devenir parents.


Ayla

Et bien sûr, comme on parle famille, voici Ayla, la grande sœur de Blondine. Elle a sorti son premier titre – « Istanbul » – il y a quelques mois et c’est – en toute objectivité – une des plus belles choses que vous entendrez cette année. C’est aussi Jeremy qui a enregistré la basse du morceau et notre batteur Swann à la batterie ! Une vraie histoire de famille donc.


Kim

Pour finir, cette chanson de notre ami Kim qui raconte bien que la vraie famille, ce sont les ami-e-s qu’on choisit.


Depuis quelques jours, s’ouvre pour Sahara le deuxième volet du triptyque « Talk, Talk, Talk » initié en partenariat avec le Gospel, pour des sorties physiques en édition limitée format K7 . Si la première pierre de l’édifice « It’s Only Talk » nous emmenait dans son étrange vaisseau spatial krautrock post punk garage direction le CBGB et le Club 51, « Family Talk » nous téléporte au bord de l’eau, sur la plage d’Ipanema, nous invite à siroter une caïpirinha bien dosée sous les charmes de doux airs de bossa nova. Mais sans prévenir, tout se déforme, rien ne se passe comme prévu, des événements étranges surviennent ici et là. Seul sur le sable, les yeux dans l’eau, mon rêve était décidément trop beau.

« Family Talk » de Sahara est disponible depuis le 5 février 2021 chez Pazapas Records.


Retrouvez Sahara sur :
Site officielFacebookInstagram

Partager cet article avec un ami