[EP] Sacha Bernardson – 57°35’48”N-13°41’19”O

Dépouillé et minimaliste, « 57°35’48N-13°41’19O », nouveau recueil de voyage de Sacha Bernardson enregistré entre Pittsburgh, Londres, Bordeaux et Reykjavik, convoie l’electronica dans une exploration arctique et aquatique expérimentale.

Sacha Bernardson - 573548N134119O

Tirant le titre de son EP de la position géographique de Rockall, rocher perdu et reculé au large de la mer d’Islande, le jeune producteur s’empare des possibilités offertes par son ordinateur, pour donner vie à une musique électronique très personnelle, étonnamment liée à son rapport à l’eau. « Je voulais que le projet sonne comme de l’eau […] J’aime bien les symboles, et ici je voulais faire référence à l’amniotique, à l’océan ainsi qu’aux frontières naturelles. »

Sacha Bernardson investit son enregistrement, principalement instrumental, dominé par un jeu de textures construit sur les rythmiques et enrichi de chœurs rassemblés singulièrement, pour composer une musique où les souvenirs s’acclimatent au rapport aux matières. « J’ai une relation très organique avec l’ordinateur comme instrument ; c’est comme si l’électricité était mon premier support de création ».

À l’instar de Molécule et son projet « 60° 43’ Nord », il résulte de « 57°35’48N-13°41’19O » une expérience sonore difficilement qualifiable et certainement impossible à résumer. Elle sera impénétrable et inaccessible pour certains, quand d’autres y verront un cheminement, sinon un récit personnel, comme nous l’explique Sacha : « Je crois que je voulais exprimer des choses probablement ineffables. Dans « YS », j’ai essayé de retranscrire la vibration du sentiment amoureux. « Spectre & Orb » évoque quant à lui l’isolation, une terre apatride ; c’est une situation que je vis depuis cinq ans environ, car je déménage en permanence. Dans « Arroyo », j’ai essayé de recréer le bien-être d’une baignade en pleine nature ».

Esquisse de son futur album, « Rockall », cet EP au nom curieux, nous invitant à ressortir du grenier notre antique globe terrestre de sa poussière, a le mérite de nous confronter à des musiques, certes peu évidentes, faites de bruits et de bribes, et qui nous éveillent contre toute attente à une exploration plus consciente de la création musicale. Tentez donc l’expérience !

crédit : Yann Chagneau
crédit : Yann Chagneau

« 57°35’48N-13°41’19O » de Sacha Bernardson, sortie le 8 décembre 2015.


Retrouvez Sacha Bernardson sur :
Site officielFacebookBandcampSoundcloud

Partager cet article avec un ami