[EP] Rivherside + TDB – Inner Voices

Le tout jeune label auvergnat Sticks and Stones Records vient de sortir le premier EP de Rivherside + TDB, « Inner Voices ». indiemusic, toujours à l’affût de la création indépendante, s’est tranquillement installé derrière les enceintes et a appuyé sur Play. Pour être tout à fait honnête, nous avions assisté à un concert du groupe, il y a quelques mois, qui avait alerté nos oreilles curieuses. Loin de plonger dans les recettes du moment, le duo évoque les esthétiques de la fusion anglaise des années 90, en la nourrissant avec un son électro-rock puissant et dynamique, lorgnant du côté du trublion de chez Ed Banger Records, le bien nommé Sebastian. Bien que les deux complices semblent encore se chercher, ces quatre titres affichent de belles promesses pour l’avenir.

Rivherside + TDB - Inner Voices

Cette association est d’abord une rencontre artistique, entre deux univers singuliers, qui se complètent avec simplicité alors qu’ils pourraient s’opposer. Renaud, guitariste, chanteur et machiniste, alias Rivherside, affiche une attitude rock qui puise son essence dans le blues, le funk et le rock psychédélique. Il se produit régulièrement seul et construit des sessions chaleureuses, au croisement du blues et de l’électro, et même parfois du hip-hop. TDB semble inspiré par les grands Mcs, revendiquant aussi bien la force du rap que l’héritage de la soul et du funk, ou du clubbing en général. TDB apparaît alors comme une version funky et sautillante du grand Kid Cudi, malheureusement trop souvent assimilé à un simple objet mainstream. TDB amène dans ce duo une présence virevoltante très anglo-saxonne, de celle qui installe avant tout un MC dans une vibe, qu’elle soit 2-step, grime, jungle, dancehall ou électro. Dans les années 90, des groupes comme Senser ou Asian Dub Fondation, à la croisée des chemins de la rave, du métal, du dub et du rap, ou encore, plus proche de nous, le très cosmopolite Riz MC, proposaient des patchworks musicaux, en se moquant éperdument des chapelles et de la norme.

L’EP s’ouvre sur le puissant et sautillant « Sometimes I Feel », taillé pour le dancefloor et pour la fête. Les puristes pourraient pointer l’absence de prise de risques au niveau sonore, mais l’ensemble, sans être révolutionnaire, fonctionne car l’énergie est là. Le propos est généreux, s’inspirant des leçons de la référence Depeche Mode pour développer des instantanés pop accessibles et simples, tout en puisant dans l’expérimentation et dans des courants musicaux très variés, des intentions musicales sincères et sans œillère. Le titre (quasi) éponyme, « Innervoices », est le point culminant de cet EP : un riff funky déclenche la trance, la rythmique s’installe, la place est faite pour accueillir le flow malin de TDB. Un morceau qui en appelle d’autres : son côté épuré, basé sur des gimmicks efficaces, est une invitation sans le savoir à l’exercice du remix. Avis aux amateurs.

crédit : Kaourik Breton
crédit : Kaourik Breton

Riverside + TDB poursuivent leur rencontre artistique et leurs recherches sonores dans lesquelles « Inner Voices EP » apparaît comme une étape réussie et aboutie, celle d’un voyage musical dont nous devinons à peine le futur mais auquel nous serons nécessairement attentifs.

« Inner Voices EP » de Rivherside + TDB est disponible depuis le 27 février 2016 sur Sticks and Stones Records.


Retrouvez Rivhershide + TDB sur :
Facebook de RivhersideFacebook de TDBSoundcloudLabel

Partager cet article avec un ami