Rencontre avec Garciaphone, l’héritier auvergnat d’Elliott Smith

Garciaphone, c’est le projet d’Olivier Perez, artiste indie folk clermontois.
Avec son songwritting maitrisé et sensible, l’Auvergne est tombé sous son charme. Rencontre.

Crédit : Jean-Charles Belmont
  • Ma première question va concerner tes nouveaux titres. J’ai senti une réelle évolution vis à vis de ton premier EP « Everyone Goes Home In October ». Tes titres semblent avoir pris un nouveau tournant, tu as quitté le pop-folk intimiste pour un résultat plus indie-rock. Est-ce que je me trompe si je dis ça ?

Ce n’est pas tout à fait ça. Les influences indie-rock ont toujours été là. C’est une évolution normale pour moi. Le côté folk et intimiste était surtout dû au fait que j’étais seul avec une guitare et un sampler sur scène et sur disque. Mais beaucoup de chansons contenaient déjà une rythmique plutôt rock. Le fait de jouer en groupe maintenant accentue ça.

Crédit : Nicolas Auproux
  • Je voudrais savoir une chose ; Garciaphone est-il un projet en solitaire ou au contraire celui d’un groupe ?

C’est vraiment un projet solo à la base. Je suis maintenant accompagné de deux musiciens sur scène (basse-batterie). La formation pourra évoluer, s’agrandir à l’avenir.

  • Si tu devais définir l’univers de Garciaphone tel qu’il est aujourd’hui, comment le présenterais-tu?

C’est toujours difficile définir ça clairement, de regarder ce qu’on fait d’une manière figée. Mais il y a quand même des lignes directrices. C’est un univers qui est fait de contrastes, par exemple de mélodies pop qui cachent des choses beaucoup plus sombres.

  • Tu vis entre Paris et Clermont-Ferrand, tu as forcément des anecdotes en lien avec la musique liées à ces deux villes, tu m’en fais part ?

Il y en a beaucoup… Je crois que la meilleure reste cette journaliste parisienne qui croyait vraiment que j’étais berger à mi-temps en Auvergne (suite à une blague sur la photo de ma page myspace) et qui me demandait comment je gérais mon temps entre les pâturages et la scène.

  • On va parler de toi sur scène. Comment se présente un concert de Garciaphone ? Comment fonctionnes-tu avec ton public ?

Pour moi le lien avec le public doit se faire par la musique. Je parle peu entre les chansons, parce que c’est aussi mon tempérament. Mais ça n’empêche pas de créer un lien avec le public s’il est réceptif à la musique. On n’est pas obligé de faire taper les gens dans les mains ou de les faire chanter pour qu’il se passe quelque chose.

  • Tu as partagé des scènes voire des tournées avec d’autres groupes, je pense notamment à la joyeuse bande des Niandra Lades ? Peux-tu me faire parler de quelques rencontres que tu as pu faire lors de ces concerts ?

C’est surtout les rencontres après-concert qui marquent je crois. Des gens qui vous disent ce qu’ils pensent de votre musique et qui, alors qu’ils découvrent totalement, peuvent faire des remarques d’une perspicacité troublante.

  • Avec ces nouveaux titres dont on parlait en début d’interview, peut-on entrevoir la sortie d’un nouvel EP voire d’un nouvel album ? Et si oui, quelle forme prendra-t-il ?

Ce sera sans doute un nouvel EP pour la fin de l’année ou début 2012. Peut-être une édition vinyle d’ailleurs.

  • Parmi tous les titres que tu joues sur scène, y a-t-il un titre qui t’émeut plus que d’autre lorsque tu le joues ?

Il y a des morceaux dans lesquels j’ai mis plus de choses personnelles et que je joue forcément différemment des autres, « Robinsons » par exemple.

  • Pour rester sur le sujet du live, as-tu quelques dates de concert à annoncer dans les prochaines semaines ?

On va monter une tournée pour la sortie de l’EP. Pour l’instant ce qui est sûr, c’est quelques dates dans des clubs en Californie cet été.

Crédit : Nicolas Auproux
  • D’autres projets musicaux en parallèle de Garciaphone ?

J’ai voulu faire une pause dans les projets parallèles pour me consacrer à l’EP et l’album qui suivra.

  • Enfin, si tu devais reprendre un groupe assez éloigné de tes références musicales à ta manière, tu penserais à quel titre ?

Ce n’est pas un groupe mais c’est la chanson qui me vient à l’esprit : “If I Only Had A Heart”, une des chansons du film Le Magicien d’Oz.

  • Que te souhaiter pour Garciaphone ?

De continuer à faire des concerts et des disques le plus longtemps possible.

Retrouvez Garciaphone sur facebook et sur myspace.

Partager cet article avec un ami