[Clip] Parlor Snakes – Marc Bolan’s Fifth Dream

Le fantasme des ultimes secondes d’un musicien entré dans la légende ; grâce à « Marc Bolan’s Fifth Dream », Parlor Snakes annonce, de la plus belle et respectueuse façon, ses « Disaster Serenades » entre douceur et apocalypse, annoncées pour le 4 octobre prochain.

crédit : Rod Maurice

L’une des dernières sessions de Parlor Snakes nous ayant profondément marqués avait été capturée lors d’une interprétation sans fard de « Man is the Night » dans le chœur d’un lieu saint, pour Le Bruit des Graviers. Une forme de dépouillement, de révélation qui portait en elle les germes des expériences à venir. En écoutant et regardant « Marc Bolan’s Fifth Dream », on se sent happé par la continuité autant que par la surprise. Le groupe paraît apaisé, presque torturé entre l’envie de ne pas sombrer dans la folie ou le cliché, et le besoin viscéral d’enflammer l’image bien au-delà du cadre. Les gros plans, précis et redoutables, nous font entrer dans la psyché de musiciens dévoués, jusqu’au sacrifice, à leur héros perdu. La caméra de Rod Maurice tremble, cherche ses repères, brûle. Les nappes de claviers rougissent les braises d’une marche durant laquelle tout arrêt sera fatal et laissera d’indélébiles cicatrices.

« Marc Bolan’s Fifth Dream » impose Parlor Snakes, sans forcer, avec logique. Non pas comme le seul et unique fer de lance d’un rock mélodique auquel on aurait injecté trop d’influences ; bien au contraire. L’être que forment ces cellules humaines complémentaires dépasse l’interprétation, y insuffle une existence propre, une raison d’être. La beauté mystérieuse de ce premier extrait se fait thérapeutique et vénéneuse. Dans son dernier plan, il nous semble distinguer les prémisses d’une larme qui ne vient pas, d’un souvenir qui, pourtant, ne sombrera pas dans le spleen mal placé. Tous les sentiments du dialogue guitare/voix aura mené à cet œil, intense, hypnotique, tourné vers l’avenir. À celle qui nous regarde alors que l’on attend ses futurs éclats.


Retrouvez Parlor Snakes sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami