[Live] Turnstile, -M-, Dropkick Murphys et Kiss au Paléo Festival 2022

Après deux éditions annulées pour les raisons que l’on connait, le Paléo Festival de Nyon était enfin de retour. Le premier soir, mardi 19 juillet, proposait une programmation résolument rock. C’est donc tout naturellement qu’indiemusic est allé guigner du côté du plus grand festival open air de Suisse.  

crédit : amdophoto

C’est au groupe local Broken Bridge que revenait l’honneur d’inaugurer la journée, et donc le festival. Un jeune groupe de garage rock au talent indéniable et à l’énergie contagieuse, qui a fait bien plus qu’assurer le démarrage de la 45e édition du Paléo. Une mise en orbite parfaitement réussie malgré une chaleur suffocante.

C’est ensuite au tour du groupe de metal vaudou togolais Arka’n Asrafokor d’entrer en scène. Surprise inattendue de la programmation, le groupe cogne fort, aussi bien musicalement que visuellement. Proposant un rock metal mélangé à du rap et à des rythmes afro, les musiciens arborent tresses, dreadlocks et visages aux peintures guerrières. Une très belle découverte.

Puis s’en vient Turnstile, le groupe de Baltimore que tout le monde attend. Enfin, tout le monde peut-être pas, car le Paléo est généralement orienté plutôt grand public. Voir un groupe hardcore fouler une des scènes de ce festival relève plus de l’anomalie que de la coutume. Et pourtant, quel concert ! Turnstile ne contredira pas les éloges que le groupe reçoit depuis la sortie en 2021 de son album « GLOW ON ». C’est puissant, précis, ravageur. Un vrai régal pour le public qui assurera autant le spectacle que les musiciens sur scène. C’est tellement bon que l’on décidera finalement de faire l’impasse sur le concert de The Murder Capital programmé à la même heure sur une autre scène.

Avec la fin de l’après-midi, ce sont les grands noms qui commencent à faire leur apparition. À commencer par les Dropkick Murphys, qui auront le privilège d’être les premiers musiciens à fouler la grande scène du festival nyonnais depuis 2019. Concert certes joyeux et entraînant, mais qui ne laissera probablement pas une trace indélébile dans les mémoires des spectateurs.

À la tombée du jour, -M- se produit sur la scène Véga, toute nouvelle scène du festival inaugurée par Turnstile deux heures plus tôt. Matthieu Chedid est un habitué du Paléo, et ça se sent. À l’aise comme à son habitude, entouré de superbes musiciens dont la lumineuse Gail Ann Dorsey, bassiste de David Bowie durant plus de 20 ans, – M – offrira un spectacle élégant et chaleureux, en parfaite communion avec un public comblé. Est-il besoin de rappeler à quel point la virtuosité de Matthieu Chédid à la guitare est bouleversante ?

Sans surprise, c’est bien KIϟϟ que la grande majorité des festivaliers est venue voir ce soir. Lancé dans une tournée d’adieu, le groupe mythique, dont les membres sont aujourd’hui septuagénaires, entre en scène à 23h tapantes. Comme on pouvait s’y attendre, le spectacle est très visuel. Flammes, explosions, sculptures géantes, et paillettes volantes jaillissent de partout. S’il est intéressant d’assister une fois dans sa vie à un concert de ce groupe légendaire, il n’en demeure pas moins que KISS n’a plus rien de nouveau à offrir au monde. Il n’a plus rien à prouver non plus, nous direz-vous. « Nous sommes venus pour vous botter le cul », hurlera Paul Stanley au public. À vrai dire, notre cul avait déjà été botté un peu plus tôt dans la journée, et bien plus fortement, par Turnstile.


Retrouvez le Paléo Festival sur :
Site officielFacebookTwitterInstagram

Photo of author

Luis / amdophoto

Architecte de formation. Photographe par passion. Intéressé principalement par la scène rock - punk - indie.