[EP] [Exclusivité] Pale Grey – Ghosts

Hantant les couloirs de lieux déserts et isolés, les fantômes convoqués sur le nouvel EP de Pale Grey tournent autour de nous, tour à tour séducteurs et vaporeux, pour une danse lascive et sensitive nous faisant frissonner. De plaisir, cela va de soi.

On serait forcé d’affirmer, sans conteste possible, que le nouvel opus des Belges de Pale Grey erre sur des terres à la fois pop, électro et expérimentales chères aux amateurs de groupes anglais ayant réinventé des genres en perte de vitesse à la fin du XXe siècle. Pourtant, oser soutenir de tels arguments reviendrait à passer totalement à côté du potentiel magnifique et éthéré de « Ghosts », EP sur lequel le quatuor semble avoir autant travaillé que ressenti chaque détail, chaque mélodie et arrangement avec un soin presque maniaque. Ce qui pourrait ainsi apparaître comme une courte collection de quatre pistes mélancoliques devient rapidement, au fil des écoutes, une œuvre dense et entière, aussi exigeante et passionnante qu’un long-format, en n’omettant jamais de transporter l’auditeur sur des vagues émotionnelles d’une richesse aux multiples visages.

Dans cette cohérence sans faille, l’introductif « Ghost » est un éclat à la fois éblouissant et aveuglant, teinté d’un spleen que les détails samplés et triturés épousent dans un corps-à-corps sensuel et désespéré avec un chant profond, éprouvant et bouleversant. Ce que « Billy » viendra renforcer dans les minutes suivantes, se faisant cependant beaucoup plus ouvert et naturel, décloisonnant l’atmosphère confinée de son prédécesseur avec majesté et générosité, tandis que simplicité et précision se font chair sous nos yeux et dans nos oreilles pour une ballade électronique envoûtante et lumineuse. « Drift » flirte avec une pop teintée d’influences blues, porté par un duo piano-voix confidentiel et délicieux prenant son envol dans des ambiances feutrées et éclairées, avant de céder la place à « Cupidon », séduisant et aguicheur, laissant augurer d’une nuit d’ivresse à deux ou, au contraire, de la quête infinie de l’âme sœur.

Les esprits se contorsionnent, s’enroulent autour de nous pour ne plus nous laisser partir ; et à nous de les rejoindre dans ces chorégraphies oniriques et intimes, là où Pale Grey nous entraîne avec une douceur et une attention particulières et précieuses. « Ghosts » fait des âmes perdues les confidents de nos nuits d’introspection et de réflexion, en nous offrant un soulagement à la fois thérapeutique et vivifiant. Notre tristesse ne sera plus jamais solitaire, et nous promet de grands moments de complicité dans les mois et les années à venir.

« Ghosts » de Pale Grey, sortie le 12 mai 2017 chez JauneOrange / [PIAS].


Retrouvez Pale Grey sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami