[Interview] Otha

Note for our readers : for the ENGLISH LANGUAGE VERSION of the interview, CLICK HERE.

Projet mystérieux, doux et captivant, souvent décrit par la presse comme du « clubing introverti », Otha nous a habilement séduits en seulement trois morceaux. Rencontre avec la principale intéressée.

crédit : Cédric Oberlin
  • Comment es-tu venue à la musique ? Jouais-tu d’instruments avant d’entamer ce projet ?

J’ai toujours été dans des groupes, particulièrement des groupes folks et j’ai commencé à écrire ma propre musique à 21 ans. Avec mon copain, nous avons passé pas mal de temps à jouer ensemble sans que ce soit sérieux jusqu’à ce qu’un jour nous faisions « One of the Girls », et là je me suis dit « Mon Dieu, je peux écrire une chanson ! ».

  • Ta musique est souvent décrite comme étant du « clubing introverti », qu’en penses-tu ? Est-ce drôle ou préfères-tu ne pas y prêter attention ?

Je pense que c’est l’image que renvoie ma musique de ma personnalité. Je suis quelqu’un d’introverti, de timide, enfant je me cachais derrière ma mère, j’étais effrayée par les gens qui m’entouraient.

  • Les trois morceaux que nous pouvons écouter sont « Hey », « One of the Girls » et « I’m on Top ». Affirment-ils ton identité ?

Oui, j’écris sur ce que je ressens. Les idées de chansons viennent comme… elles germent, ce ne sont à l’origine que des pensées et des sentiments. Ces morceaux sont personnels, mais je crois qu’ils peuvent être personnels pour beaucoup de gens. Pour « One of the Girls » par exemple, beaucoup d’auditeurs peuvent… ils peuvent ressentir des sensations, leurs propres sentiments, qui ne sont pas forcément ceux que j’ai eus à l’écriture.

  • Qu’écoutais-tu plus jeune ? Est-ce que cela a t’as inspiré ?

J’écoutais beaucoup Robyn et les Killers. J’adorais les Killers. J’écoutais pas mal de choses, plus jeune j’étais une grande fan d’Alicia Keys, j’en étais très admirative. C’est très étrange. J’écoutais aussi beaucoup de soul. Beaucoup de styles de musique m’inspirent ; des choses très variées, mais aujourd’hui je m’intéresse plus au club, à la techno, à la trance.

  • « I’m on Top » est diffusée dans la série norvégienne « Lovleg » qui parle de l’entrée à l’université d’une jeune fille : cela t’a-t-il fait gagner en notoriété ?

C’est une super opportunité, c’était vraiment cool que la scène norvégienne « m’accepte » d’une certaine façon, et puis c’est une série assez amusante. Je suis allée à l’université en Norvège et cette série dépeint des personnages qui quittent leurs parents pour entrer dans les études supérieures, et j’ai vécu ça. Cette série ranime ce sentiment propre à l’université, c’est sympa.

  • Est-ce que cette série est assez réaliste, de ton point de vue ?

Oui, bien entendu tout ne se passe pas comme dans la série, mais ça traite de choses que vivent les jeunes norvégiens qui doivent quitter leur province pour pouvoir étudier.


Retrouvez Otha sur :
FacebookTwitterBandcampSoundcloud


ENGLISH

crédit : Cédric Oberlin
  • How did you come to music? Did you already play of some instruments before this project?

I’ve always been in few bands, mostly folk bands and didn’t start writing my own music until I was like 21 years old. I spent a few years with my boyfriend, we made music together, just to chill out, and then we made “One the Girls” and I was like “Oh my God, I can make a song!”.

  • Your music is often described as “Introvert clubbing”, what do you think of that? Is that fun, or just you don’t care?

I think they just describe it like that because the music may be the picture of my personality. I’m an introvert person, I’m shy, as a child I used to over hide behind my mum, I feared everybody.

  • The three songs we can listen to are “Hey”, “One of the Girls” and “I’m on Top”, do they affirm your identity?

Yeah, I write songs about how I feel. Ideas for a song come like… kind of gemming stuff, it’s just thoughts that I have, and feelings. They are personal songs, but I think they can be personal for a lot of people. I think for “One of the Girls” for example, many people can see… they can have feelings from the song, it doesn’t mean that it’s the same feelings that I had when I wrote.

  • What did you listen to younger? Did that inspire you in your music?

I listened to a lot to Robyn, and I listened to a lot to Killers, I loved them. I listened to a lot of stuff, I was a huge Alicia Keys’s fan younger, I was obsessed with her, it’s very strange. I was very into soul too. I think all types of music inspire me, I like a lot of genders, but I think I’m more into club music now, that’s the music I most like to listen to … club, techno, trance.

  • Your song “I’m on Top” has been used in the Norwegian TV show “Lovleg”, did it bring you more notoriety?

It’s an open door for me, it was pretty cool because then the Norwegian scene like “accepts” me, and it’s a pretty funny show. I went to high school in Norway, and that show is about kids who don’t live with their parents, they moved away to high school and I did that as well. So, it just brings back this “high school feeling”, it’s really funny.

  • Do you think that show is quite faithful in a way?

Yeah, of course, everything is not like it is in the show, but it represents stuff that happens in Norway for kids who come from the countryside and must move to other places to go to school.


Connect with Otha:
FacebookTwitterBandcampSoundcloud

Partager cet article avec un ami