[LP] Orator Fit – Excessive Noise

Un premier album sous influences certes évidentes, mais dissimulant bien d’autres intérêts et détails qui en font l’une des bonnes surprises du moment en provenance d’Italie ; « Excessive Noise » permet à Orator Fit de dicter ses règles rock avec autant de fermeté que de subtilité.

Nous avons tout d’abord été intrigués par la description personnelle que fait de lui-même le trio romain Orator Fit : « We usually get placed pretty quickly in the post-punk or new wave category. » Aveu de faiblesse ? Classification bien trop sage ou rangée ? C’est tout cela et, en même temps, ça n’a strictement rien à voir. Car « Excessive Noise » évoque ce bruit blanc qui accrochent nos oreilles dès qu’un vinyle a trop tourné ou que le volume a été amplement augmenté. Derrière sa façade 80’s, l’opus se permet de conjuguer les émanations d’essences rock et la subtilité d’un songwriting beaucoup plus sensible et scrupuleusement composé, que ce soit dans l’emballement artistique de certaines de ses pistes ou dans les respirations présentes au creux de l’instrumentation et du chant.

Dès que les guitares et la batterie se partagent la conception du mur harmonique porteur des intentions de nos trois musiciens, les idées reçues se voient mises au rebut de la plus belle des façons. La progression impeccable et sans temps mort de « Mistakes » permettra, plus loin, à « Southward » de se promener sur les routes séductrices et brûlantes d’un monde irréel, poignant avant de devenir menaçant. Les chansons, imprévisibles, ne cessent de se mouvoir, modifier leur cap originel pour mieux nous égarer et nous posséder, seules échappatoires possibles à une ambiance parfois obscure mais continuellement fascinante (« They’re Back », « Shadows »). L’étrangeté évanescente de moments aussi charmants et vénéneux que « St Helens » et « New One » s’empare de nous, nous fait danser et perdre tout sens des réalités, avant que les saccades percussives de « Whatever Gets You By » et les voies sinueuses de « Pearl » ne bondissent et ne nous serrent contre leurs corps meurtris et tendus.

Alors oui, « Excessive Noise » ne peut absolument pas être résumé par deux qualificatifs bien trop aisés et passe-partout. L’art de la sensation et de la suggestion opéré par Orator Fit est beaucoup plus profond et, surtout, vrai et dévoué. L’irrésistible effort d’un groupe ne laissant rien au hasard pour mieux fasciner son public.

« Excessive Noise » d’Orator Fit, disponible depuis le 29 février 2020.


Retrouvez Orator Fit sur :
FacebookInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami