[Entourage #72] Okala

Les mains sur les machines et la tête dans les étoiles, ainsi se diffuse la poésie musicale d’Okala. Le mystérieux projet amiénois se promène habilement entre limbes et réalité pour nous offrir une dream pop du plus bel effet, guidée à la fois par une voix sublime et un sens de la mélodie qui nous emporte. Alors que son passage le jeudi 12 septembre au Crossroads Festival approche, il se dévoile à nous en nous présentant les cinq rencontres musicales qui ont marqué son épopée sonore.

crédit : Rodolphe Parmentier

Shorebilly

J’ai rencontré Rémi Alexandre à l’occasion de la production d’un EP pour mon précédent projet qui s’appelait Nathaniel Isaac Smog. La symbiose artistique avec Rémi a été tellement forte que notre collaboration a continué jusqu’à maintenant. C’est un musicien génial qui joue dans de nombreuses formations dont Syd Matters. J’ai eu la chance de l’accompagner sur scène au clavier et aux chœurs pour son projet solo Shorebilly. C’est un artiste et ami qui m’a clairement fait grandi, m’a soutenu dans les moments de doutes, m’a guidé et appris à aller chercher toujours plus loin ! Son EP « Wipe Out » est une petite merveille dont j’ai hâte de découvrir la suite.


Theodora

J’ai rencontré Theodora par Rémi, il travaillait également sur son premier EP et elle a rejoint la formation scénique de Shorebilly à la basse. Nous avons passé de très bons moments à jouer tous ensemble. C’était une époque vraiment sympa ! Theodora continue son petit bonhomme de chemin avec classe en jouant pour Julien Barbagallo, Sage et plein d’autres projets. Sa gabber pop est toujours aussi vivifiante et obsédante !


Broken Social Scene

Ça remonte à très loin, je ne sais plus comment, mais j’avais des amies communes avec Broken Social Scene. Elles étaient invitées à un de leur concert à l’occasion d’un festival et m’ont proposé de les accompagner. À l’époque, je faisais juste de la musique dans ma chambre et j’étais très loin d’imaginer qu’un jour je la ferai sortir de chez moi ! C’était la première fois que je rencontrais des musiciens d’un tel niveau. On a discuté une bonne partie de la soirée et j’ai même eu le courage de leur faire écouter mes maquettes ! Ils m’ont encouragé, c’était vraiment cool. Il y avait à l’occasion de cette tournée des gars de Metric qui les accompagnaient et que j’ai recroisés des années plus tard lors de leur passage à la Lune des Pirates à Amiens et… ils se souvenaient de moi et de cette soirée ! Et du coup, on a remis ça ! Bien que ma musique soit très différente des leurs, elles m’ont beaucoup inspiré !


Watine

Catherine Watine aka Watine est une rencontre vraiment particulière dans ma vie car c’est ce genre de rencontre qui fait basculer. Je venais juste de poster quelques maquettes sur le net, elle cherchait des artistes indie pour lancer une compilation parrainée par les Inrocks. Elle est tombée sur un des morceaux et m’avait proposé de l’intégrer à la compilation ! La bascule… ce moment où pour la première fois ma musique est sortie de la chambre ! S’en est suivi une première scène au Divan du Monde. Je ne sais pas si, sans elle, j’aurais un jour sorti ma musique de ma chambre ; en tout cas ce qui est certain c’est que c’est arrivé grâce à elle ! Reconnaissance éternelle à cette artiste prolifique et bienveillante. Le truc dingue, c’est qu’on ne s’est jamais revu ce qui confère à cette rencontre un côté quasi mystique. Cela dit, j’aimerais beaucoup revoir Watine !


Weekend Affair

Je croise régulièrement Louis Aguilar à Amiens, mais on n’a pas encore vraiment eu l’occasion de faire connaissance (que voulez-vous je suis un grand timide !), mais j’adore son travail à la fois en solo et en groupe avec Weekend Affair. Je suis totalement fan de leur titre « La fête est finie ». Je trouve cette chanson parfaite, empreinte d’une mélancolie pudique qui me parle tellement. Et que dire du clip qui est absolument sublime et bouleversant !



Retrouvez Okala sur :
FacebookInstagramSoundcloud

Partager cet article avec un ami