[EP] Mr. Crock – Exotic Pilgrimage

En déjà cinq ans d’existence, le quintet parisien Mr. Crock, uni comme les doigts d’une main (de fée), n’en est qu’à son troisième EP. Peu importe ; il fissure sa carapace et grandit sereinement, confiant, militant pour des compositions démocratiques mais sans compromis.

Mr Crock - Exotic Pilgrimage

Chacun armé de ses influences et de ses affluences, de sa touche personnelle et de son toucher musical, le melting-potes de styles, de rythmes, d’ambiances qui égrènent ce troisième EP, « Exotic Pilmigrage », en est presque érotique tant il vous surprend et vous détend, en vous caressant sans paresse les oreilles. Un pèlerinage autoproclamé sur des lacets sinueux mais tracés pour vous laisser des traces sans jamais vous lasser.
Un disque presque en friche que l’on déchiffre morceau après morceau, écoute après écoute, pour rapidement se rendre compte qu’il ne peut être qu’un élément essentiel de sa discothèque, voire de sa pinacothèque, tant il dégage des frissons d’images de voyage dans des contrées parfois bigarrées mais toujours assurées. Un road-tripes qui vous les prend et sur lequel vous irez souvent rôder.

À commencer par « Unbuilt », ouvrant la route de l’EP, sur des effluves de parfum entêtants, très French Touch. Les grands frères versaillais y verraient un bel hommage à ce que les Frenchies savent indéniablement et diaboliquement faire et exporter. Un morceau universel, rythmé et optimiste qui contient à lui seul votre besoin quotidien en vitamines. Le parcours de l’EP à peine et sans peine inauguré qu’ « En Silence » marque déjà un tournant, ou plutôt un relief, sur un album tout en relief. Plus intimiste, plus rapproché, on avance dans « Exotic Pilgrimage » à pas plus feutrés, bercés par des notes, des voix et des sonorités à 360 degrés qui nous font perdre nos repères pour mieux nous emmener via ce chemin secret dans son petit monde resté caché. Qui trouve également sa continuité avec « Blue Ferrari », tout aussi déroutant que familier, hypothéquant notre hypnose pour mieux nous attirer en plein milieu d’une déroute à quatre voies sur laquelle on embraye en vitesse en cinquième.

Le temps d’un court « Interlude », véritable concentré empirique mais onirique qui brouille quelques peu les pistes, et nous voilà réconciliés avec le funk caribéen grâce à « Cheezy Game », qui ne mâche pas ses maux et continue de nous faire parcourir une route chaotique et revendiquée. Lorsque rugissent les premières notes de « Please Mama », ce dernier détour nous propulse, tel un N°6 dans « Le Prisonnier », à bord d’un rollercoaster sixties et psyché aux relents black sabbathiques bien sympathiques. Et de se dire qu’en un peu plus de vingt minutes, Mr. Crock nous aura bien trimballé sur ce nouveau continent musical, un patchwork autour des épaules, bien qu’il n’ait jamais été question ici de prendre froid.

Mr Crock par Fred Lombard

« Exotic Pilgrimage » de Mr. Crock, sortie le 18 mai 2015.


Retrouvez Mr. Crock sur :
FacebookTwitterSoundcloud

Photo of author

Nicolas Nithart

grand voyageur au cœur de la musique depuis plus de 20 ans