[Live] Moon Duo et Go!Zilla au CCM John Lennon

On a VU la musique, on a ENTENDU les couleurs. Grâce à Moon Duo. À Limoges, une ville rock grouillant d’acteurs locaux passionnés. Ce samedi 30 mai, une affiche à tomber par terre y était proposée : il suffisait de se pointer au CCM John Lennon pour écouter la crème du garage psyché actuel.

Moon Duo © Chris Rod

Les Italiens Go!Zilla, qu’on connaît bien pour leurs prestations live sulfureuses, ouvraient la soirée. Un son puissant, fait pour de gros festivals de plein air plus que pour des salles feutrées.

Après les premiers titres qui reprennent des riffs identifiables dès le premier morceau, les deux derniers tiers du set s’avèrent très intéressants, psychédélisants tout en restant grunge dans l’approche. Si un bon live des Go!Zilla se mesure au nombre de slams exécutés par Luca Landi, son guitariste-chanteur monté sur pile, il faudra se donner rendez-vous début août au Binic Folks Blues Festival pour espérer vivre ce moment…

On attendait de voir les Grecs Acid Baby Jesus sur scène depuis trois ans, on avait usé leur premier LP éponyme à force de trop d’écoutes en boucle : leur son à cette époque était tellement garage, noisy, crasseux, qu’on y avait plus d’une fois perdu une oreille. De leur dernier opus on ne connaissait qu’un titre, « Vegetable », excellent, addictif, étonnamment psyché. Et l’heure de la découverte live sonna.

Quelle surprise ! Au lieu de la saturation attendue, un son très propre, à la Beatles. Mais quel son… Détrônez donc Temples et sacralisez à la place Acid Baby Jesus sur l’autel du rock psyché mondial. Ils ont tout : les voix chorales haut perchées, les titres accrocheurs, véritables tubes en puissance, la dégaine so seventies de leurs discrets, mais charmants kimonos à fleurs, le rythme tour à tour rock’n’roll ou lancinant, un flegmatique hippie en guise de percussionniste fou… Et pour ceux qui trouveraient leur prestation trop contrôlée, leur final les convaincra, psychédélique à souhait, étiré en volutes instrumentales qui n’en finissent pas de s’alanguir. Le public en tout cas commence à se déchaîner, conquis.

Pour le clou de la soirée, les Américains de Moon Duo, on dévoile un écran blanc, et alors que prennent place le charismatique Ripley Johnson et son batteur, un visuel cosmique nous emporte déjà. Non, vous n’êtes pas sur terre, vous êtes dans l’espace… Vous n’êtes pas à un concert, vous êtes à une séance d’hypnose, longue d’une heure et demie. L’énigmatique claviériste Sanae Yamada rejoint le plateau et on se lance. Par où commencer ? Le batteur, fabuleux, fiévreux dans sa course interminable après le tempo, insuffle une chaleur qui sans doute manquait à ce projet qui s’appuyait jusqu’à 2013 sur une boîte à rythmes.

Car le projet est indubitablement et avant tout électronique, fondé sur la répétition assumée de boucles qui projettent cette musique dans le futur. Ce qui selon nous rend ce groupe si exaltant, c’est le minimalisme de chaque élément, que ce soient les voix, le rythme, ou les apports transcendants des riffs du guitariste de Wooden Shjips. Le genre de musique qui vous tape la tête, mais sur laquelle je vous défie de ne pas danser.

Si le psyché a un avenir, c’est dans le krautrock qu’il réside. On plonge vite dans un étrange état, entre la flottaison et la frénésie, à l’instar du groupe, aspiré à vitesse grand V dans des figures géométriques kaléidoscopiques qui finissent de retourner nos synapses. Extraordinaire.


Retrouvez Go!Zilla sur :
FacebookBandcamp

Retrouvez Acid Baby Jesus sur :
Site officielFacebook

Retrouvez Moon Duo sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami