MAP est mort, vive Charlie Foxtrot

Je vous faisais part il y a quelques semaines d’un coup de cœur venu du Québec avec les pop-rockeurs d’On A Créé Un Monstre.

Voilà qu’on me propose de chroniquer le premier album, « Mise en abîme », de Charlie Foxtrot, quatuor qu’on a du mal à classer dans un genre, proposant des titres entre punk rock ravageur, rock garage punchy et instants pop maitrisés. Et ce n’est pas leur premier projet ensemble pour ces quatre là ! En effet, eux quatre participaient auparavant au groupe punk rock MAP qui a quand même officié de 1995 à 2008. Ce n’est pas rien !

L’album débute sur le très rock « Pas un public cible », où l’on ressent toute l’énergie des Charlie Foxtrot, à peine on en fait la découverte. Deux voix se relayent sur le titre comme un surenchère de phrasés plus engagés les uns des autres. On cerne déjà bien l’ambiance que nous réserve cet album !

Dans « Le monde est beige », Charlie Foxtrot donne sa vision de la société qu’il trouve bien triste. « Marre d’un monde en noir et blanc » chantent-ils !

S’en suit « Éternel pessimiste », titre assez lourd où le groupe se met dans la situation d’un type aux antipodes d’eux-mêmes, une personne terne qui ne se prend pas en main et qui n’a plus l’envie de rien.

Engagé, pourquoi pas ! Avec « Économie Rock », ça critique les  businessmen qui pensent la musique au nom du profit et non dans l’idée de faire du bon son. Le tout est servi par un rock n roll garage super frais !

Et comme Guillaume Guité, le chanteur, le dit, au sujet de la musique des majors  » Je m’en sacre – je m’en crisse Je les emmerde ! » C’est dit !

« Echap » avec des sonorités électroniques arrive ensuite ! Ca surprend après la livraison de plusieurs titres purement rock. C’est dansant, même sautillant ! Et quel refrain, plein d’efficacité. Ils sont doués ces québécois !

Echap laisse alors place à une petite interlude d’une minute « Charlie Foxtrot Blues » qui rappellera à certains les bons vieux albums de NOFX, puis ça enchaine cash sur « Foxtrot ». Titre bien rentre dedans autant par le son que par les voix posées dessus. Un refrain punk qui balance des bonnes vibrations. On en redemande !

Un rock punk avec quelques notes pop par moments nous attends suite à ça avec « Tes parfaites imperfections ». Les refrains hyper toniques sont clamés avec passion et envie, et ça se comprend vu que ça parle de la fille que Guillaume aime (semble-t-il) ! « Je perds le Nord et tu sais bien que j’adore Tes parfaites imperfections Je vénère les défauts, les travers Que tu portes avec passion ». La love song de l’album.

« Le futur inécrit » est l’avant dernier titre que nous réserve Charlie Foxtrot. Plutôt apaisé, sacrément blues, après des titres pleins d’énergie auxquels ils nous avaient presque convaincu, on assiste à un titre doux, mêlant paroles en français et en anglais, avec la participation de leur ami canadien Paul Cargnello qui les a assisté tout au long de l’enregistrement de ce premier album.

Et comme toute bon chose a une fin, on termine par « Le goût du vitriol » qui repart sur la même énergie que le début de l’album !

On partirait bien pour une seconde écoute finalement, surtout que l’album ne fait que trente minutes. Mieux vaut privilégier la qualité, que la quantité, finalement ça colle bien avec ce qui est dit dans « Économie Rock » !

L’album « Mise en abîme » de Charlie Foxtrot est sorti ce lundi chez Slam Disques et si vous aimez le bon rock québécois, c’est à mettre sur votre liste de disques à commander !

Charlie Foxtrot est sur myspace : www.myspace.com/charliefoxtrotqc et sur leur blog : http://charliefoxtrot.ca/, et  nos amis de chez Slam Disques www.slamdisques.com

Pour vous procurer l’album, il est disponible chez www.cd1d.com en version numérique et en version physique sur la boutique Slam Disques de www.bandpromo.ca

Big up à Pierre-Luc pour la découverte !