[EP] Mad Trip – The Road

Exploration du rock sous toutes ses formes, des plus incisives aux plus apaisées, « The Road » de Mad Trip est un opus chargé d’adrénaline pure et de passion, reflétant la capacité sans faille de ses créateurs à composer des titres immédiatement accrocheurs et vivants.

Certains genres sont difficilement assimilables dans le rock hexagonal. Prenons, au hasard, ce que beaucoup qualifient de « rock mélodique », ces chansons nous venant des USA et parvenant, sans que l’on comprenne vraiment comment l’alchimie opère, à concilier la puissance de guitares et de rythmiques sauvages et la sagesse de mélodies vocales et d’arrangements plus abordables et permettant, alors, d’ériger un pont artistique entre les accros à la sueur et celles et ceux qui, pour vibrer, veulent avant tout être séduits. Notre beau pays ayant régulièrement tendance – pour le meilleur et, parfois, pour le pire – à passer d’un style à l’autre sans tenter de les imbriquer entre eux, il est compliqué, voire impossible, de retrouver ces moments pourtant palpitants dans ce que nous entendons au quotidien ; tant et si bien que le rock lui-même perd, peu à peu, ses lettres de noblesse. Celles-là mêmes que Mad Trip cherche à redorer grâce à « The Road », périple urgent et instantané sur de grandes routes désertiques où les tempêtes de sable et les orages n’enrayent en rien une mécanique sacrément bien huilée et s’orientant vers le classique instantané.

Ouvrant les hostilités sous des formes à la fois simples mais diablement addictives, « Disaster » se pare d’une folie corrosive à travers laquelle les six cordes hurlent à la mort, avant que la batterie ne s’empare d’un riff mordant et destructeur pour ouvrir la voie au chant et à un solo qui restera dans les annales de la dévotion aux formes improvisées ricaines. Une mise en bouche déjà acide, mais que le bien nommé « Knock Me Out » enflamme dans une frénésie brûlante et en roue libre, alternant couplets détendus et refrain sismique et, surprise, légèrement porté par une mélancolie liée, très certainement, aux K.O. vécus émotionnellement par le quatuor. S’ensuivent deux chansons plus posées, quoique prêtes à imploser : « Make It Mine » est une formidable promenade nocturne au gré des vents, où les instruments jouent entre eux et se cherchent pour mieux se compléter, avant que « You Should Be Back an Other Day » ne lâche une ultime dose de poudre dont les éclats éblouissants apparaissent comme une nouvelle aube, une destination enfin atteinte.

« The Road » nous propose, au fil de ses rebondissements, d’affronter les mirages, de gratter l’asphalte et de faire hurler les moteurs de nos membres engourdis, pour un voyage sans retour qui, certes, ne sera pas de tout repos, mais qui fait plaisir à voir et à vivre ! Une sacrée débauche d’électricité et de courants arides et assoiffés, mais que l’on se surprend à emprunter encore et toujours sans jamais être rassasié.

« The Road » de Mad Trip est disponible depuis le 3 septembre 2017.


Retrouvez Mad Trip sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami