[LP] Lust for Youth – Lust for Youth

Alors que la synth-pop devient un style particulièrement fourre-tout et casse-gueule, Lust for Youth parvient à y insuffler assez d’originalité et d’idées certes recyclées, mais utilisées à bon escient pour faire de son album éponyme un moment à part dans les sorties discographiques de ce mois de juin.

On a tendance à la cataloguer très rapidement, à lui trouver un côté trop simple, voire fainéant pour certains ; pourtant, la synth-pop peut encore nous surprendre, même quarante ans après ses premiers balbutiements. La preuve avec cet opus, sur lequel le duo danois Lust for Youth s’empare d’une décennie entière pour donner naissance à un objet aux apparences lisses, mais beaucoup plus fouillé qu’il ne le laisse entrevoir. Sans jamais sombrer dans la compilation facile, il réussit le pari de faire de ses huit titres un moment certes bien connu, mais trop agréable pour ne pas pleinement en profiter.

En se jouant des clichés et autres passages obligés, Hannes Norrvide et Malthe Fisher mettent cependant pas mal de chances de leur côté : les rythmes dansants et 80’s de « New Balance Point » et « By No Means » y sont certainement pour beaucoup, ouvrant et fermant une œuvre qui, en l’état, n’avait peut-être pas besoin d’évidences si flagrantes. Cela étant, en se penchant davantage sur la question, on se rend compte des irrésistibles envies que le duo développe, sans frontières ni limites : du shoegaze pénétrant de « Fifth Terrace » à la montée saturée de la seconde partie de « Insignificant », chaque chapitre succède à son prédécesseur dans une cohérence qu’il est impossible de prévoir à l’avance, mais qui s’impose avec respect et générosité. Fouillant même ses arrangements afin d’en amplifier l’impact sur un dancefloor intemporel (l’extase sensorielle « Venus de Milo »), Lust for Youth maîtrise et impose un sujet rebattu sous toutes ses coutures, mais ici pointu et, il faut bien l’admettre, réellement passionnant.

Reste à savoir si « Lust for Youth » aura autant d’importance sur le long terme. En l’état, il demeure une madeleine de Proust tout sauf coupable pour les uns, et une belle introduction à l’imaginaire artistique de la fin du siècle dernier pour les autres. Quant à se prononcer sur sa longévité, il demeure un pas qu’on laissera au public le soin de franchir par lui-même…

crédit : Magnus Bach Pedersen

« Lust for Youth » de Lust for Youth, disponible depuis le 7 juin 2019 chez Sacred Bones Records.


Retrouvez Lust for Youth sur :
FacebookTwitter

Partager cet article avec un ami