[Clip] Louis Arlette – Tristesse Limpide

À la veille de la sortie de « Sourire carnivore », Louis Arlette nous offre sa vision hantée de la solitude et du manque, alors que le héros qu’il incarne rencontre les fantômes de son existence.

Un sous-marin vide, dans lequel Louis Arlette évolue, seul. Gardien du lieu pour qui les couloirs et les cabines n’ont absolument aucun secret, il marche, observe, surveille. Il ne dira pas un mot ; seule, la chanson qui le poursuit, « Tristesse Limpide », servira de bande-son. On y trouvera les indices et prémices de la situation à laquelle nous assistons, les raisons qui ont poussé cet homme à embrasser une vie sans aucune présence palpable à ses côtés. Du moins en apparence ; car une ombre le suit, une réminiscence, une obsession. Celle-là même qui se matérialisera à l’écran et dans les rêves du chanteur.

S’aimer, c’est se chercher et s’apprivoiser sans cesse. Mais c’est aussi partager le meilleur comme le pire. À ce titre, les ultimes instants de « Tristesse Limpide » sont d’une inoubliable poésie, collision entre deux entités que tout réunit et qui ont essayé de se prouver le contraire, quitte à s’éloigner l’une de l’autre. S’aimer, c’est accepter de prendre sur ses épaules le poids de l’histoire de celui ou de celle dont on ne peut se passer, afin de prouver cet attachement qui n’est visible et compréhensible par personne d’autre. Je suis ton ombre, tu es la mienne. « Sombre comme un passage à vide. »


Retrouvez Louis Arlette sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami