[Entourage #46] Louis Aguilar

« Oh Boy », Louis Aguilar, cavalier mondain du folk français a repris sa plus belle plume ! Sa mélancolie, brûlante comme un soleil au zénith, embrase d’une irradiante tendresse les onze phases romantiques et romancées de son nouvel album. Sous notre regard complice, le chanteur amiénois poste les cartes postales de ses états amoureux, accolées à son irrésistible timbre de crooner. L’animal rock se mue – maquillage à l’appui – en un tigre docile et de bonne compagnie qui, allongé sur le divan d’une pop américaine ou à l’arrière d’une berline, nous réserve ses plus belles déclarations. Qu’on ne s’y trompe pas, Louis Aguilar est un remarquable et étonnant songwriter, qui trace sa route l’esprit tranquille et le cœur léger. Pour indiemusic, il nous fait l’amitié de nous présenter ses bons copains, dont quelques invités récurrents dans nos pages. Vous les reconnaîtrez vite !

crédit : Aurélien Buttin

Weekend Affair

Cyril Debarge, c’est la moitié du duo Weekend Affair, mon autre projet musical. C’est mon meilleur copain de la musique. Avec lui, on a ce projet et il est aussi investi dans le développement de mon projet solo. Quand j’ai commencé à écrire et faire des concerts – à Lille vers 2006 -, il faisait déjà partie du paysage local en tant que batteur du groupe We Are Enfant Terrible. Il met tout le monde d’accord. C’est un savant dosage de talent, de travail et surtout de déconne. C’est pas toujours évident de le suivre parce que ses idées filent à mille à l’heure, mais, la plupart du temps, on parvient à sortir des trucs de nos séances de travail.


Voyou

On s’était rencontrés il y a quelques années sur un concert de Pégase et Weekend Affair à Cahors et on avait tout de suite accroché lors d’une partie de caps. Depuis, il a créé Voyou et j’ai vraiment pris une claque quand je l’ai vu sur scène pour les iNOUïS du Printemps de Bourges. Il souffle un vent de fraîcheur sur la scène francophone et, tout ça, sans prendre la tête.


Theo Gosselin

Même si c’est un excellent batteur, c’est surtout un incroyable photographe. Il arrive à capter dans chacune de ses photos l’essence de toute une partie de notre génération : l’amitié, les grands espaces et la liberté. Par chance, il habite dans la même ville que moi (Amiens) et il m’a fait l’amitié de réaliser le clip de « Just a Fool » de mon dernier album. Il transcrit en image ce que j’essaie de faire en musique.


Lenparrot

Rencontré au même moment et au même endroit que ce voyou de Voyou, Romain fait partie de ces gens avec qui on sait qu’on va toujours passer une bonne soirée. Il est comme ce cousin cool qu’on ne voit qu’une fois tous les trois ans. Dès qu’on se retrouve, c’est à la fois une immense joie, un soulagement et une pointe de nostalgie de savoir à l’avance que nos chemins ne se recroiseront peut-être pas avant un bon moment. En plus, sa musique est sympa !


Harris B. Pilton

De son vrai prénom Benjamin, c’est un de mes meilleurs copains de la musique et dans la vie en général. On habite juste à côté et on fait pas mal de choses ensemble. Il évolue, d’une manière encore trop confidentielle, dans un registre folk entre Nick Drake et Townes Van Zandt. Ensemble, on a créé il y a deux ans l’Amiens Open Mic, scène ouverte de musique à Amiens. Un jeudi par mois, on se retrouve le temps d’une soirée pour écouter et partager de la musique live, essentiellement autour d’une guitare acoustique, avec des gens de tous horizons et dont c’est parfois la première scène, parfois la millième. Ça a créé une sorte de petite communauté avec des liens très forts, ce qui a tendance à manquer de nos jours avec le chacun pour soi des internet internationaux.

« Oh Boy » de Louis Aguilar, sortie le 15 février 2019 chez Play It Loudly.


Retrouvez Louis Aguilar sur :
FacebookTwitter

Partager cet article avec un ami