[EP] [Exclusivité] La Battue – Search Party

Penser à celui ou celle qui va vous écouter. Si la musique de La Battue n’est pas nécessairement expérimentale au sens purement musical du terme : son approche évanescente et rêveuse du son, sa propension naturelle à mélanger plusieurs esthétiques des plus alternatives au plus mainstream n’oublie jamais, pour notre plus grand bonheur, de laisser la place à toutes les écoutes.

Ainsi, ce délicieux EP (qui se révèle foncièrement addictif au fur et à mesure de sa prise en main) ouvre en effet généreusement ses portes depuis les premières mesures de l’introduction même de son premier morceau, au point de manifester un véritable signe de bienvenue, agréable et apprécié. Derrière ce nom énigmatique, propice à toutes les suppositions (un side-project des Hurlements de Léo ?) se dévoilent trois personnalités remarquées et remarquables de la scène indépendante française (et références évidentes pour indiemusic), au sein de groupes aussi singuliers que Totorro (Bertrand), Mermonte (Ellie) et Yachtclub (Yurie Hu). Côté musique, nous naviguons dans un territoire dream pop, sous influences :  My Bloody Valentine sur l’intro justement de « Big Picture », Slowdive sur « Attacus Atlas », Boards Of Canada à travers l’interlude « Quicksand », James Holden + Nathan Fake mais sans le côté abstraction et surtout sans les obsessions krautrock de ces deux producteurs ; et pourquoi pas Björk sur « Cheeky Monkey ». La tonalité générale de ce format court extrêmement dense, rentre également en pleine résonnance avec les approches contemporaines de Local Natives, Echo Ladies ou encore Louise Roam, partageant à l’évidence avec eux des partis-pris esthétiques totalement décomplexés.

Concrètement La Battue exploite avec malice, un potentiel pop absolument déterminant, qui pourrait rendre jaloux Jain et The Dø réunis ! Et pourtant, les morceaux les plus évidents et les plus accrocheurs (au sens radiophonique du terme) comme « Sailor, Save Her ! » ou « The Moon » n’oublient jamais de parfaire ces petits détails leur permettant d’éviter les écueils du racolage et de la séduction. Pour simplifier, l’écoute de « Search Party » s’apparente à une plongée dans un délicieux bain moussant (en solitaire ou plus si affinités), loin du monde, absolument propice à la rêverie par son inventivité sonore tout en douceur, totalement addictive. Rien de révolutionnaire dans cette parenthèse musicale déjà grisante et totalement passionnante. Mais en interne, même si tout reste à partager, La Battue fait déjà l’unanimité tant nous sommes déjà conquis par ce trio ambitieux, au talent plus que prometteur.

crédit : Yoann Buffeteau

« Search Party » de La Battue, sortie le 24 mai 2019 chez Parapente Music.


Retrouvez La Battue sur :
FacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami