Kadavar, exquis au Chabada

Ce mardi soir, le trio hard-rock psychédélique allemand Kadavar était attendu de pied ferme par les Angevins après leur série de concerts saluée unanimement lors du SXSW 2013.
Annoncé pour 20h45, le concert de Kadavar commencera près de 30 minutes plus tard, de quoi permettre au club du Chabada d’atteindre sa jauge maximale.

Kadavar

Dans la salle, autant de jeunes adeptes du heavy rock que de vieux briscards qui, dans les 70s avaient l’âge des premiers et se déchainaient sur les vinyles de Black Sabbath. Tout ce beau monde s’était donné rendez-vous ce soir-là pour découvrir les trois rockeurs aux cheveux longs et à l’allure d’une autre époque.

Un peu après 21h, Lupus Lindemann vient brancher ses pédales d’effets sur scène avant de rejoindre son trinôme dans le couloir adjacent à la scène.

Kadavar

Kadavar est attendu, et le public se masse sur le devant de scène. Je vois soudainement surgir de l’ombre un bassiste géant suivi des deux autres musiciens.  Un grand homme de plus de deux mètres comme on n’en croise que sur les terrains de basket, ça impressionne !

Kadavar

Le concert démarre sous la houlette de Tiger installé à la batterie, elle-même positionnée sur le devant de la scène.

Ambiance déchainée, Kadavar jouera en tout et pour tout, une dizaine de longs titres, particulièrement développés en concert et offrant autant de moments instrumentaux progressifs déchainés et géniaux qu’un chant, celui de Lupus, particulièrement intense et perché.

Kadavar

Venu, entre autres, pour présenter leur tout nouvel album sorti vendredi dernier, « Abra Kadavar », Kadavar défendra à l’unisson son savoir-faire ultra maitrisé dominé sur scène par Tiger, batteur chef d’orchestre, rythmant au centre de l’avant-scène la marche du trio. Le public occupant chaque coin vide de la salle prendra son pied à ressentir le jeu passionné des Allemands, salué à chaque fin de titre par un tonnerre d’applaudissements.

Kadavar

Ce soir au Chabada, le trio rock berlinois Kadavar n’a pas laissé de temps morts s’installer et a joué un set profondément ancré dans les origines du psychédélisme anglophone comme du stoner américain, puissant, fougueux et mémorable.

Kadavar

Ce n’était décidément pas le jour pour trainer au bar. C’est bien au milieu du public qu’il fallait profiter de ce revival spectaculaire et en prendre plein les oreilles et les autres sens pendant plus d’une heure.

Kadavar

facebook.com/KadavarOfficial
nuclearblast.de/kadavar

Partager cet article avec un ami