[LP] Juliette Armanet – Petite Amie

L’ancienne journaliste Juliette Armanet valide son coming out musical par un premier album nostalgique et drôle. Avec sa formule « une voix, un piano, des textes », « Petite Amie » n’a pas de genre et sa légèreté est une vraie thérapie en cette période maussade.

Une fois que l’on a terminé de comparer les premières minutes de « Petite Amie » avec des morceaux de Véronique Sanson – il faut dire que la posture vocale et scénique de Juliette Armanet est frappante de similitude -, c’est un univers enchanteur que l’on découvre. Ce coup de « blues au paradis », mentionné dans le morceau « Manque D’Amour », résume à merveille l’univers de la Lilloise. Sur des textes faussement naïfs dans la langue de Molière, elle parvient brillamment à apporter un vent de fraîcheur à la chanson française tout en restant indépendante.

Par sa voix cristalline, aiguë et fluette, la pianiste émeut avec des paroles fines trouvant leur place entre tubes dansants et mélopées intimistes. Il faut dire que l’album est riche de traits d’esprit qui témoignent de la légèreté de ce qu’on pourrait appeler le « style Armanet ». Nous en voulons pour témoin « T’es mieux qu’un disque inédit » sur « Alexandre » ou encore « Divine partie fine » sur « Manque d’Amour ». On lui doit d’ailleurs certains textes de Fishbach (« Un autre que moi ») et de L’Impératrice.

La folie sentimentale dans laquelle nous embarquent les morceaux disco « L’Amour en Solitaire », « L’Indien », « Un Samedi Soir dans l’Histoire » ou encore « Cavalier Seule » est, quant à elle, irrésistible. Mention spéciale pour l’hyper entêtant et eighties « À la Folie », avec son ambiance de fin de soirée. Chez Juliette Armanet, les déhanchements sont feutrés et justifient, d’une certaine façon, l’héritage « variété chic » que l’on ressent à l’écoute de l’album. Le spectre de Sébastien Tellier n’est jamais bien loin lorsqu’il s’agit d’envolées oniriques, et celui de Christophe le rejoint lorsqu’il faut, à un moment, atterrir. « Petite Amie » est l’exemple parfait de ce que l’on peut appeler un disque d’interprétation, tant la chanteuse aborde sa musique de façon unique et personnelle.

Moderne et même intemporel : ce sont deux des grandes qualités de ce disque qui n’a pas eu besoin d’une armée de synthés ou d’autres artifices rythmiques dans sa genèse. Sans faux-semblants, les sujets abordés, comme les choix instrumentaux de ce premier album sont universels et faits pour être écoutés et réécoutés.

« Petite Amie » de Juliette Armanet, sortie le 7 avril 2017 chez Barclay.


Retrouvez Juliette Armanet sur :
FacebookTwitter

Partager cet article avec un ami