[LP] In The Canopy – Talking Monkeys

Franchissant enfin le cap du premier album, In The Canopy offre bien plus qu’une lecture plus étendue de ses productions précédentes. En dix titres, « Talking Monkeys » laisse paraître une nouvelle et impressionnante facette de ce projet qui, décidément, n’a pas fini de nous étonner.

In The Canopy - Talking Monkeys

Certains considèrent l’exercice comme un passage obligé pour faire grandir une renommée et lui permettre de reposer sur des bases plus solides. D’autres, comme un événement à part entière, capable de se métamorphoser en support promotionnel à même de devenir l’objet ultime pour, rapidement, remplir les salles et se mettre en avant. Un premier long format : l’épisode vital et que personne ne doit manquer, aussi bien ses créateurs qu’un public grandissant. Ainsi, lorsque nous avons appris que les Parisiens d’In The Canopy se préparaient à plonger dans cette périlleuse épreuve, un mélange d’impatience et d’appréhension était né en nous. Le quintet allait-il continuer à évoluer dans l’art rock qui lui colle à la peau (et dont le terme est beaucoup trop réducteur) ? Ou, au contraire, parviendrait-il à s’essayer à d’autres atmosphères ? À vrai dire, ni l’un, ni l’autre. En effet, « Talking Monkeys » est bien plus qu’un disque ; c’est une pierre essentielle de l’édifice construit patiemment par ces musiciens en perpétuel mouvement. Un LP que l’on croirait composé par d’autres membres, par d’autres artistes ; mais qui, pourtant, porte en lui la puissance d’expression musicale qui fait le sel de ces inventeurs du son que rien ne peut arrêter. Un phénomène à part, et qui prouve à quel point le projet a parfaitement saisi les enjeux d’une telle démarche ; avec brio et une perfection immuable.

Des chansons qui sont autant de mouvements tantôt électriques, tantôt suspendus au-dessus du sol avant de voler de leurs propres ailes, sans crainte, sans pudeur. Les coups de griffes se font immédiats et excitants (« Lightshot », « Light Dark Light »), portés par des arrangements merveilleux et sensibles. In The Canopy observe, réfléchit et pose sur le papier les idées les plus riches, les pensées les plus poignantes. Ainsi, les arrangement électroniques et blues de « How Long » et « Catch A Predator » répondent d’une seule voix à la pop progressive de « Nightfall », chassant toute velléité de ne pas parfaire des hymnes en constante évolution. « Waiting To Die », moment folk de toute beauté, se voit magnifié par l’enchaînement impromptu et bénéfique du splendide « Achtung Hunter », apothéose d’une offrande aux mille couleurs et saveurs. À travers « Talking Monkeys », on ressent cette inépuisable volonté de dépasser les genres, de se donner corps et âme à un moyen d’expression aussi original qu’inattendu. À enfanter un nouveau-né qui, sourire aux lèvres, s’ouvre au monde, observe, et apprend. Mais, plus que tout, rit et pleure pour mieux se faire entendre, mieux aimer, mieux comprendre.

La canopée n’a jamais aussi bien représenté sa place dans un monde en révolution perpétuelle : entre ciel et terre, mais avec une position idéale pour voir, sentir et acquérir toute la force intérieure que représente la diversité humaine. Les singes parlants contemplent et se nourrissent d’une biodiversité mélodique brillante, d’une nature qui reprend le dessus pour mieux être, pour mieux se dévoiler et exister. Grâce à « Talking Monkeys », In The Canopy dépasse tout ce qu’il était possible d’attendre de lui. Et n’a de cesse de nous prendre par surprise, sans que l’on puisse résister une seule seconde. Un coup de maître condamné (et c’est tout le mal qu’on lui souhaite) à devenir un classique immuable pour les années à venir.

crédit : Jim Rosemberg
crédit : Jim Rosemberg

« Talking Monkeys » demeure, chaque seconde, un objet sonore chargé de sentiments profonds et d’une humilité sans faille. Et quelque chose nous dit que la dimension scénique de ces offrandes risque d’être aussi superbe qu’émouvante. Et de définitivement accorder la place déjà si importante d’In The Canopy dans nos cœurs.

« Talking Monkeys » d’In The Canopy, sortie le 29 avril 2016.


Retrouvez In The Canopy sur :
Site officielFacebookBandcamp