[LP] Immanu El – Hibernation

Un nouveau disque qui éloigne de plus en plus le projet de son post-rock originel pour s’aventurer vers une réelle écriture aussi structurée que vaporeuse et confortable. De quoi ne pas rester passif pendant les longues soirées d’hiver !

Immanu El - Hibernation

En activité depuis maintenant douze ans, le quatuor suédois Immanu El n’a jamais cessé, à travers des albums mûris et risqués, de développer sa propre légende sans suivre un seul instant les sentiers qu’il avait, à l’origine, choisi d’emprunter. Pour preuve, « Hibernation » aura mis cinq ans à voir le jour ; et le résultat valait largement l’attente. De son propre aveu, le groupe livre ici son opus le plus abouti et le plus travaillé, ce qui se ressent dès les premières secondes, l’auditeur ne pouvant décemment pas lâcher prise et passer à autre chose, envoûté et pénétré par les atmosphères éthérées que chaque titre diffuse. Autant de genres différents qui parviennent à former un seul et même ensemble, chaque partie répondant à l’autre dans une exceptionnelle complémentarité.

« Voices » semble nous conduire tout droit vers un paradis artificiel où le post-rock se retrouve confronté à une progression inattendue, une montée en puissance et en émotion qui ne cèdera jamais durant 45 minutes, à la facilité. Décorant son style de formes plus pop et légères (« Mt », « Omega »), Immanu El déploie ses ailes au-dessus de continents musicaux jusque-là imperceptibles dans ses créations précédentes. « Dvala » est une parenthèse ambient scindant le LP en deux parties tout en les liant de manière logique et naturelle, tandis que « Hours » verse dans l’expérimentation presque électro, annonçant l’aspect vierge et immaculé de la beauté fulgurante de « Completorium ». « Empty Hands », qui clôt ce phénomène atmosphérique non identifié, synthétise à la perfection l’ambition de nos quatre artistes en contrebalançant une humeur folk et des nappes artificielles qui se métamorphosent en un verbe mélodique touchant à l’humain et au cœur. Profondément, inexorablement.

Au final, « Hibernation » pourrait être considéré comme l’antithèse parfaite de son titre. Bien sûr, on se laisse bercer dans les confortables élans volatiles d’instrumentations idylliques et chaudes ; bien sûr, l’ambiance générale est à la contemplation et invite à s’allonger pour mieux profiter des événements qui défilent devant nos paupières closes. Mais peut-être est-ce également la fin d’un cycle et le début d’un autre pour les Suédois ; cinq années à traverser l’hiver de leur inspiration pour sortir de leur refuge et lancer au monde entier ce qui restera l’un des plus émouvants témoignages de paysages enneigés et jamais foulés par l’homme auparavant. Un disque à part, fort et intense, qui nous obsède autant qu’il nous fait vibrer.

crédit : Angelique Johner
crédit : Angelique Johner

« Hibernation » de Immanu El est disponible depuis le 25 novembre 2016 chez Glitter House Records.


Retrouvez Immanu El sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami