[LP] Heymoonshaker – Noir

Une voix qui semble s’extirper de vapeurs de soufre. Des battements vocaux pulsant à toute allure. Pas de doute : Heymoonshaker, le duo le plus embrasé et abrasif d’Angleterre, est bien de retour.

Heymoonshaker - Noir

Deux ans après l’initiatique « Shakerism », premier maxi marqué en profondeur par un blues cinglant au chant écorché, associé à un human beatbox soufflant, Andy BaLcon et Dave Crowe partent à l’assaut des charts avec « Noir » ; un premier véritable album tout droit sorti de la fournaise et prêt à nous laisser une empreinte vive de son passage, suite aux innombrables écoutes qui en seront faites.
Premier constat : le travail de production et d’arrangement s’écarte incontestablement de l’effort précédent, qui s’apparentait, en raison de conditions d’enregistrement bien plus rudimentaires, à une démo. On appréciait dès lors bien mieux la ferveur du duo sur scène. Et nul doute que leur cohabitation en live restera le meilleur endroit pour s’imprégner de la très forte cohésion des deux musiciens.

Mais voilà : « Noir » et ses douze pistes, des plus pulsionnelles et passionnelles (MF45, Take The Reins, Heavy Grip) aux plus confidentielles et confessionnelles (Amandine, Wheels In Motion) bénéficient d’arrangements travaillés, parfois enrichis d’une instrumentation multiple. Le projet dépasse ainsi les limites (et encore !) atteintes par un chant-guitare-beatbox en ouvrant parfois son champ sonore à un quartet de cordes (Feel Love, Take The Reins), venant ainsi renforcer l’émotion et souligner la poésie des mélodies, tout en gardant intacte l’intensité originelle de la démarche du duo.

Sans renier son passé, Heymoonshaker faisant toujours et avant tout du blues, le duo anglais déploie un panel de compositions vastes et ingénieuses ; allant d’un jam intimiste presque « dubisé » (Stoned) à une ballade folk évoluant vers l’expiation soul rock (Lazy Eye), d’un blues incandescent (Find Myself A Home) à un single pop-rock fiévreux (Feel Love), ou encore d’un magnifique rock partagé entre ses accès de mélancolie et ses riffs mélodiques à un blues roots et criant évoquant les affrontements dans les tavernes (MF45). Andy BaLcon et Dave Crowe mettent tout leur talent au service d’un premier album vibrant d’intensité, passionné et pulsionnel, et dont on se plaira longtemps à réécouter chaque single. Des beats produits par Dave à l’incroyable texture vocale d’Andy, on se passionne pour la juste juxtaposition de ces deux voix atypiques faisant tout le charme du projet anglais.

crédit : Yann Orhan
crédit : Yann Orhan

« Noir » ou douze titres uniques, qui valent chacun autant la peine d’être écoutés. Heymoonshaker n’a pas encore fini de nous secouer, sinon de nous passionner !

« Noir » de Heymoonshaker, sortie le 2 octobre 2015 chez Dify Records / Differ/ant.


Retrouvez Heymoonshaker sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami