[Live] Her et Born Idiot à Stereolux

Mercredi 29 novembre, dans la salle micro de Stereolux, l’heure était à la nouvelle scène rennaise en compagnie du phénomène R’n’B soul français Her et d’une figure montante de l’indie pop, Born Idiot. Récit d’une soirée touchante de passion, de délicatesse et d’humanité, entre sourires sincères et petites larmes, entre mélancolie et espérance. Une nuit pour rendre hommage à Simon Carpentier, moitié du duo Her emporté par son cancer trois mois auparavant.

Her – crédit : Fred Lombard

À croire qu’on a parfois la mémoire (un peu) courte : nous avions déjà eu l’occasion de découvrir la pop très britannique de Born Idiot à l’occasion du festival l’Ère de Rien en 2016. Bercé, sinon porté, par une certaine idée de la tristesse, le quintet rennais s’adonne à ce qu’il sait faire : une musique lente et mélancolique parcourue de tensions électriques, à mi-chemin entre les errances de Mac DeMarco et les sorties nocturnes de Wild Nothing. En bref, une vision un peu désabusée du quotidien servie par Lucas Benmahammed, chanteur lunaire à l’allure introspective mais à la voix juste et touchante. Ce serait pourtant omettre la part de folie des cinq lascars bretons ; pas étonnant pour ces habitués de la rue de la soif, capables d’inverser la tendance, de renverser la vapeur d’un simple coup de riff.

Ce sont d’ailleurs ces élans fougueux, inattendus, qui galvanisent l’âme complexe mais éperdument attachante de cette jeune formation dévouée, à n’en pas douter, à un certain King Krule. Invités par leurs potes de Her, avec qui ils partagent l’un des musiciens, Louis, les Born Idiot défendront ainsi pendant une bonne demi-heure leur premier album, « Afterschool », sorti fin mars. Meilleur moment de cette première partie de soirée, « True Romance », ballade des jours de pluie illuminée de beaux rayons mélodiques au kitsch anglais assumé, saura nous mettre en nage sur le refrain, avant une conclusion tout aussi convaincante et euphorisante où les cinq mousquetaires rennais (la petite moustache, certainement) s’en donneront à cœur joie pour tenter de réveiller le public nantais.

De l’amour, il en fallait pour continuer cette aventure construite à deux. De la patience et de la force également, pour porter sur ses épaules bien plus qu’une simple amitié, transcendée certes par la musique, mais avant tout par un vécu commun, des premiers pétillements des Popopopops à l’élégance de Her, des petits bars rennais aux grandes scènes internationales. De retour à Nantes un an après sa venue à Stereolux dans le cadre du festival des Inrocks, Victor Solf n’a pas manqué un seul instant de rendre hommage à son meilleur ami, Simon Carpentier, disparu le 13 août dernier mais toujours présent dans son quotidien. Ouvrant sa performance par le solennel et de rigueur « We Choose », premier extrait de l’album à venir en mars 2018, Her a livré un concert d’une sensibilité remarquable, à même de suspendre le temps dans un cérémonial humble et vibrant, sans lourdeur ni insistance.

Pendant plus d’une heure et un rappel de trois titres, la formation rennaise, complétée désormais du guitariste et chanteur américain Desmond Myers, aura traversé ses deux premières années de vie, évoluant entre les pépites de ses deux premières Tapes (le majestueux « Blossom Roses » aux parfums d’élégance et de féminité, le trépidant « Five Minutes » et le bouillonnant de passion « Swim », sans oublier le premier single, « Quite Like », quelque peu en deçà de nos attentes ce soir-là). Du côté des nouveautés, on retiendra le formidable « Wanna Be You », futur tube en puissance, où l’on verra Simon Carpentier jouer le métronome afin de ralentir la cadence de ses acolytes, pour reprendre de plus belle. Avant le rappel, Victor rendra hommage, sans chercher à cacher son émotion tout en remerciant le public nantais pour sa présence et son attention : « Vous ne pouvez pas imaginer à quel point ça nous fait du bien, à quel point ça nous donne de la force que vous soyez là. ». Beau, intense, puissant et poignant, nous n’en attendions pas moins de la performance de Her avant la sortie de son premier album.


Retrouvez Born Idiot sur :
FacebookTwitterBandcamp

Retrouvez Her sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami