[EP] Grauss Boutique – Promenade

« Let’s the music do the talking! », l’adage est tout trouvé pour Grauss Boutique. 100 % instrumentaux, les morceaux livrés par Stéphane (batterie), Régis (guitare) et JB (basse) avaient déjà démontré leur folie dans un premier LP sorti en 2017.  Trop rapidement qualifié de math rock, le groupe sort son épingle du jeu et brouille les pistes sur cet EP qui bénéficie d’une production hors pair.

Une ligne de basse abrasive se laisse entendre et le groupe semble avoir dompté sa puissance hors de contrôle sur le précédent enregistrement. Comme tapi dans l’ombre, « Smack my Cowboy » (oui, le groupe a encore un penchant pour des titres de morceaux dingues !) attend le moment propice pour nous bondir dessus. Le vibrato de la guitare illustre parfaitement la tension avant l’assaut et soudain tout s’emballe. On retrouve la folie furieuse de nos trois Tourangeaux et la basse occupe soudain tout l’espace sur le champ de bataille. Tout finit dans un grand fracas tirant indéniablement vers le metal progressif. Au diable les catégories, Grauss Boutique s’amuse avec tous les genres. Pour preuve, l’arpège d’intro paisible de « Brahmapoutre » ne présume en aucun cas du vacarme punk qui déboulera quelques mesures au plus tard.

Enregistré au cœur de la campagne angevine dans le mythique Black Box, « Promenade » démontre très rapidement sa force par la finesse de la production apportée par Alexis Berthelot. Quand le premier LP nous avait conquis avec sa fougue et ses riffs puissants, on découvre ces nouveaux titres qui font preuve d’une retenue certes toute relative, mais qui a le mérite de varier les ambiances. Guitares et basse se superposent sans dégouliner, la force des roulements sur les fûts est ahurissante. C’est absolument propre et terriblement vivant. Le rock est malmené à travers ces riffs ensorcelants et il en redemande. À l’instar du premier enregistrement du groupe, on retrouve aussitôt la folie et la maîtrise des performances de Grauss Boutique qui ne laissent jamais personne indifférent. Qui n’a pas hurlé de joie lors de leurs concerts dingues et juré de les revoir dès que possible ? « Magic Batracien » sent déjà fort la sueur et les pintes de bière renversées.

« Triangle à boire » est l’exemple même des coups d’éclat dont est capable Grauss Boutique. On y entend pour commencer un riff lourd assené par les trois musiciens, suivi par une échappée stridente de la guitare. La basse fait soudain irruption sur le devant de la scène et l’on croirait entendre Les Claypool (Primus). En moins de temps qu’il ne faut pour le lire, les harmonies se font orientales, noisy, atmosphériques. La batterie attrape par le col basse et guitare qui, prises de démence, prenaient le large et tout ce petit monde termine, dans une synchro diabolique.

crédit : Magali Sabio

Bel exemple de passe-passe, « Gras Seigneur » trompe le monde depuis son intro funky jusqu’à son final ra(tm)geur. Ces six titres pourraient nous laisser hagards et frustrés. Il n’en est rien tant ils regorgent de gimmicks qui restent surprenants après plusieurs écoutes. Cette « Promenade » fait un bien fou ! Une furie joyeuse se répand de la tête aux orteils et électrise   aussitôt nos synapses. Aspirant au statut de power trio ultime, Grauss Boutique est en passe d’attirer rockers, punks, et métalleux dans la fosse… et de les piéger avec une bonne dose de groove !

« Promenade » de Grauss Boutique est disponible depuis le 17 janvier 2020 chez À Tant Rêver du Roi.


Retrouvez Grauss Boutique sur :
FacebookBandcamp

 

Partager cet article avec un ami