Rencontre avec Gratuit

Après Amnésie en début de semaine, nous poursuivons notre découverte des artistes de la soirée Ego Twister du 29 mars prochain avec l’interview du musicien nantais Gratuit alias Antoine Bellanger.
Après deux albums et de nombreuses collaborations, c’était l’occasion de faire le point avec l’artiste sur sa vision de la musique, du live et de parler également de l’évolution de ses compositions entre « Rien » et « Délivrance ».
Et pour vous, lecteurs, et on l’espère spectateurs du 29 mars prochain au Chabada, l’opportunité d’en connaitre un peu davantage sur Gratuit.

Gratuit

  • Salut Antoine, tu sortais le 31 octobre dernier ton second album après Rien en 2010. Il y a près de trois ans d’écart entre tes deux disques. En as-tu profité pour faire une coupure totale entre ces deux sorties ou es-tu resté dans un bouillonnement créatif et musical durant cette période ?

Salut Fréd. Ces trois ans ne sont pas une volonté particulière. J’ai juste pris le temps. Mes trois labels sont certes des majors, mais ils restent humains. J’en ai profité aussi pour faire d’autres projets comme des installations ou des enregistrements. J’ai aussi rejoint Mein Sohn William sur scène.

  • Il y avait une vraie violence dans « Rien », ton premier disque, qui frappait relativement fort à l’oreille entre une pluie de kicks électroniques et une techno très saccadée. J’ai l’impression que cette violence a été contenue dans ton premier album, car je ne la retrouve pas forcément dans « Délivrance ».

Les deux disques se suivent dans ma tête. Je ne sais pas encore lequel est le premier dans l’histoire finale. De plus, j’aime écrire en réaction, le calme après la tempête. Si « Rien » était une engueulade alors « Délivrance » serait une proposition de réconciliation.

  • Délivrance semble donner une place plus importante aux textes et aux synthés. Les ambiances sont également plus vaporeuses, plus diffuses comme ta voix d’ailleurs. Tu t’autorises d’ailleurs même des moments d’ambiance pure, sans musique, laissant presque la place au silence. Est-ce que pour toi « Délivrance » est en rupture complète avec ton précédent disque ?

Gratuit - Délivrance

J’ai un peu répondu précédemment, mais comment parler de silence dans le brouhaha ? Comment balancer des envies de retour à une vie simple sans épurer ? D’ailleurs le prochain pourrait exister juste sous forme d’ambiances sans textes…

  • « Délivrance » comporte des collaborations, car Gratuit a beau être un projet solo, ça n’est pas un projet solitaire…
    Comment as-tu présenté l’idée d’une collaboration à Françoiz Breut et comment avez-vous travaillé ensemble sur ce titre ? Autrement dit, y’a-t-il eu un choc des univers musicaux, ou à l’inverse cette relation musicale entre vos deux univers s’est-elle imposée naturellement ?

La rencontre a été des plus simples. Je l’ai rencontrée, je lui ai proposé, elle a dit oui. Les différences, pour moi, n’existent pas. La musique est universelle (mon Dieu !!). Les étiquettes musicales sont rarement justifiées. Ce sont les instruments qui changent, pas la musique.

  • De même, comment la collaboration s’est-elle passée avec Julia Lanoë des Mansfield.TYA sur le titre « Territoire » ?

On se connait depuis longtemps donc la proposition a été naturelle. On s’est juste dis que l’on voulait composer le morceau entièrement ensemble contrairement au duo avec Francoiz.

  • Sur « Territoire », on retrouve cette angoisse, cette autre forme de violence plus sournoise, à l’inverse de la violence plus directe de « Rien ». Partages-tu ce point de vue ?

Ce n’est pas de la fainéantise, mais je ne sais vraiment pas.

Gratuit

  • Hormis, Gratuit, tu as bossé en tant qu’ingénieur du son pour les Mansfield.TYA et Mein Sohn William, qu’est-ce que ces collaborations ont apporté à la construction de ta propre musique, de ton propre univers ?

Bien sûr, à chaque fois que je travaille sur un autre projet, je m’immisce vraiment dans leur monde. C’est donc un échange. Je ne sais si cela apporte à ma musique, mais la manière de travailler des autres m’interpelle et m’intéresse beaucoup. Entre Carla Pallone, violoniste de Mansfield.TYA et Dorian, balle rebondissante de Mein Sohn William, il y a forcément beaucoup de différences et autant de manières d’entendre la musique.

  • Aussi, en tant qu’ex-musicien de Belone Quartet, qu’as-tu gardé de ce projet aujourd’hui dans Gratuit ?

Je ne sais pas. Je vais prendre un café, je reviens…

Gratuit

  • Quand tu as finalisé l’enregistrement de ton dernier album, était-ce pour toi une forme de délivrance, l’impression d’avoir passé une étape ?

Non, pas d’étape particulière. De plus, si cela avait été une délivrance, il y aurait eu une douleur antérieure alors que faire la musique est plus qu’un plaisir. J’adore finir les disques aussi.

  • On retrouve sur « Délivrance », l’image du loup, de la traque, de la proie voire de la meute. Image que l’on retrouve dans la pochette de ton disque comme dans le clip de « Feu ». Si on te donnait la possibilité de te réincarner dans l’âme d’un animal de ton choix, le loup serait-il une évidence pour toi ?

Non, pas du tout. Les loups vivent en meute, certains dominent , d’autres se font massacrer. C’est vraiment des connards. Je préférerai être une huître, car j’adore l’échalote.

  • En poursuivant sur l’aspect visuel ou l’imagerie de ta musique, dans tes clips, tu occupes une place relativement centrale. Quelle place donnes-tu à ta propre image, à ta propre personne dans Gratuit ?

Pour les clips, ce n’est pas moi qui réalise donc pas moi qui décide de mettre ma tête partout. Pour mon image , c’est compliqué. Je vais reprendre un café …

  • Le 29 mars prochain, tu joueras au Chabada lors d’une soirée organisée par le label angevin Ego Twister qui promeut et distribue tes deux disques. Comment Ego Twister t’a-t-il apporté son aide pour mener à bien Gratuit ?

Soiree Ego Twister 29 mars

Yan a été le premier à me dire « allez hop on fait un disque mon poussin ». Même si je bosse aussi avec Kythibong (label fidèle depuis Belone Quartet) et Lespourricords (qu’on oublie souvent, mais énormissime), sans Yan je ne sais pas où en serait Gratuit maintenant. Ne voyez pas dans cette réponse le fait que je n’ai toujours pas signé pour un troisième disque bien sûr !

  • Concernant cette même soirée, que réserves-tu au public du Chabada ? Plutôt un mélange de tes deux disques ou un set concentré sur ton nouvel album ?

Je mélange les deux, car toutes les chansons font partie de la même histoire.

  • Merci Antoine et à dans quelques semaines pour te découvrir au Chabada lors de cette soirée Ego Twister.

gratuitmusic.com
gratuit.bandcamp.com
egotwister.com

Partager cet article avec un ami