[LP] Glass Animals – How to be a Human Being

Les tournées sont parfois longues. Glass Animals, quatuor venu d’Oxford, a parcouru les routes américaines de scène en scène. Avec son deuxième album « How to be a Human Being », le groupe fige les visages et les existences de ces hommes et femmes rencontrées au fond d’un snack-bar ou de leur imaginaire. Dans une vague vaporeuse de pop et de hip-hop coulent dix titres questionnant la trouble banalité d’être humain.

Glass Animals - How To Be A Human Being

Glass Animals est une créature en voie d’ascension. Un être battant sous le feu de quatre organes : Dave Bayley, Drew MacFarlane, Edmund Irwin-Singer et Joe Seaward. Le quatuor anglais semble poursuivre la course qu’avait produite son premier album « Zaba » en 2014. Rompant malgré tout avec une certaine sonorité, Glass Animals se propage sur les ondes et dans les corps avec la même fougue vitale. Le groupe continue de sculpter son aura hypnotisante et atmosphérique à l’aide de textures beaucoup plus urbaines et américaines. Alors la pop psychédélique et l’indie rock venu d’Oxford tendent les bras au hip-hop et à l’imaginaire des années 80 et 90. Au-delà de ce joli et léger changement de cap, « How to be a Human Being » surprend par ses racines, sa réflexion et sa nécessité d’exister.

Bien plus qu’un album de musique, Glass Animals propose avec son second projet tout un concept. Toute une façon d’appréhender les êtres et leur vie. Le groupe est parti en tournée et, sur les bords des routes et des scènes, a rencontré des personnes, des regards, des silhouettes. Mille façons de vivre. Mille façons d’exister. Mille façons d’être humain. Du plus discret au plus extravagant, du plus cool au plus fou, chacun trace son destin dans sa propre normalité. « How to be a Human Being ? » n’est pas seulement musique, mais se comprend par ce qui l’entoure. Clips, livret, textes et sons se confondent et créent le tout. La pochette de l’album est la photo de classe de cette création. À la fois pixélisée par les années 80 et reprenant les codes des sitcoms des années 90, elle donne à voir onze personnes. Onze personnes hantant les morceaux. Onze personnes pensées dans leur entièreté. Derrière chaque visage se cache une histoire, des habitudes et parfois des drames. D’ailleurs, pour annoncer son album, Glass Animals a sorti depuis le début de l’été, deux vidéo clips mettant en scène certaines personnes aux détours de motels américains ou de sofa sorti d’une ancienne saison de série : « Youth » et « Life Itself » profondément hantés par cet enfant, mi-fantomatique, mi-réel. À travers les chansons, « How to be a Human Being ? » dresse une constellation humaine, où les visages et les vies se croisent sans forcément donner à voir la brillance de ces étoiles. Tout l’enjeu est là : avoir enregistré le pou poétique des gens dans ce qu’il y a de plus normal, de plus hésitant et de plus beau à être humain.

Dans ce tourbillon ingénieux qui pose le regard sur la simplicité d’être simplement là, Glass Animals amène une pop ensoleillée qui s’enveloppe peu à peu de teintes hip-hop, sûrement rapportées d’une belle tournée américaine. Pas complètement dansant, l’album est surtout euphorisant, jouissif et, par certains passages, hallucinogène. Les sons paraissant avoir été imaginés comme ceux flottant dans la tête des personnages. Musique en sourdine faisant vaciller les cerveaux, les âmes et les destinées. Glass Animals écrit la bande-son du film de notre vie ou serait-ce simplement un joyeux hommage à l’être humain dans ses débattements avec la banalité. À l’intérieur de ces toiles sonores cousues avec l’aide de clavier, de subtiles cordes et de pulsations marquées, les nostalgies reviennent à nous : on entend aux détours des pistes ces airs empruntés aux premiers jeux vidéo et aux décennies qui ont fait la fin du siècle. À l’image de la multitude humaine, les dix titres sont bien différents. Des percussions exotiques, si ce n’est tribales, de « Life Itself » aux courants vaporeux de « Mama’s Gun », en passant par le très pulsatif « The Other Side Of Paradise », Glass Animals connaît l’art de régénérer un concept par son ingéniosité et son grand sens de la pop et des voyages qu’elle peut procurer. À coup de refrains entêtants et souvent cotonneux, Dave Bayley saisit par sa voix si pure et pourtant si entraînante. Breuvage imprégnant nos sangs tel un élixir de jeunesse.

Glass Animals

« How to be a Human Being », sans répondre à la question, a l’audace de souligner l’ambiguïté de la soi-disante simplicité de vivre. Glass Animals s’offre à nous comme le regard porté sur les flots humains parcourant nos bitumes et nos chemins de poussières. L’existence devient vivante par cette pop psychédélique, qui emprunte au hip-hop toute sa profondeur et son effervescence jouissive de sonorités et de rebonds.

« How to be a Human Being » de Glass Animals est disponible depuis le 26 août 2016 chez Wolf Tone.


Retrouvez Glass Animals sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami