[Single] Georges – Cheater

La tromperie et la manipulation se heurtant à la culpabilité et à la rédemption ; avec « Cheater », Georges nous offre un moment de pop inoubliable,  quelque part entre la confession et la mélancolie, l’acceptation de ses faiblesses et leur illustration sonore. Superbe.

On ne répétera jamais assez que les découvertes quotidiennes, qui sont légion, réservent leur lot d’émotions fortes et de troubles sensitifs à part, dans de nombreux cas. Concernant Georges, jeune duo français composé d’Augustine Derycke et Vincent Scheffer, le charme opère dès les premières secondes de « Cheater », lorsqu’une guitare solitaire annonce l’exposition instrumentale et vocale d’un tourment de l’esprit dont chacun de nous, victime ou bourreau, a nécessairement fait l’expérience. Dans un spleen mélodique d’une beauté envoûtante, les trois minutes de cette inoubliable chanson se dévoilent, montrant au grand jour l’impuissance de notre conscience face au mensonge et à la dissimulation. Cette porte ouverte au fait de fuir la réalité, pour son propre bien et malgré les douleurs.

Musicalement, « Cheater » porte en son sein tout le paradoxe du sort qui se joue devant nous ; entre regret et espoir, Augustine et Vincent offrent, à des rythmes pénétrants, des arrangements et accords continuellement au service du chant habité de la première, modifiant les phases du titre comme autant d’étapes en attendant la décision finale, pardon ou sanction. Mais, avant tout, la question qui se pose est celle de l’auto-préservation, du fait de se cacher pour ne pas avoir mal, derrière des mots ou des masques. Faut-il faire semblant ou, au contraire, ne pas avoir peur ? Faut-il simuler ou se donner corps et âme ? Ode parfaite à la crainte de se savoir découvert, quitte à en pleurer, autant qu’à l’excuse dont on ne mesure jamais complètement les conséquences, « Cheater » est avant tout unique et inoubliable, car ressenti et inspiré. Une pure merveille, obsédante autant que prometteuse.

« Cheater » de Georges est disponible depuis le 9 octobre 2017 chez DOMI Productions.


Retrouvez Georges sur :
Facebook

Partager cet article avec un ami