[LP] Foxing – Dealer

Deux ans après le marquant « The Albatross », Foxing revient avec « Dealer », un second acte sensible et puissant, sombre et vulnérable. Absolument captivant.

Foxing - Dealer

Foxing nous avait laissés sans mots, en 2013, face à son magnifique premier album, « The Albatross » : un disque alliant, avec foi, le post-rock à un emo rock déchirant au possible. De ce premier acte, « The Medic », « Inuit » et « Rory » étaient sortis du lot et nous avaient bouleversés : des titres incroyablement criants d’authenticité, allant puiser au plus profond de nos âmes. Entre lourde pesanteur et émotions exaltées, Foxing s’imposait avec fracas et émoi dans nos quotidiens tourmentés.

Le quintette missourien repousse à nouveau les frontières connues du rock émotionnel pour livrer, avec « Dealer », un enregistrement à fleur de peau ; agissant, semblablement à l’angoisse ou le froid, en s’accordant le don d’influer sur notre rythme cardiaque, notre souffle et notre flux sanguin, jusqu’à nous dresser les poils, faire serrer les dents de toutes nos forces et nous en mordre les lèvres.

Fort émotionnellement, Foxing transpire d’une émotion sans pareille, directe mais troublante, tant elle semble plonger au cœur de la psyché humaine pour en cueillir les traits les plus complexes et précis. Comme une sonde de notre humanité, ce second album des Américains fait remonter à la surface nos vérités pour les libérer de leurs carcans.
On ne peut qu’être frappé de toute force par la puissance et l’authenticité de chaque piste, enrichie avec précision et conviction de constructions instrumentales héritées du post-rock, s’associant au chant entre déclamation et déchirement de Conor Murphy, dont la sincérité est toujours flagrante. « Weave » nous met à l’aise dès les premières minutes : le rythme s’installe progressivement, le chant se fait constant et déroule paisiblement le fil d’une écoute qui n’ira qu’en s’amplifiant harmonieusement avant de nous emporter dans ses grands courants.

Associé dans l’écriture au bassiste Josh Coll, Conor Murphy porte, avec émoi et sincérité, les thématiques communes et chères au projet : la vulnérabilité et la solitude, tout en soulignant à chaque instant leur nécessité d’affronter, sinon de se confronter à leur propre noirceur.
Véridique et poignant, Foxing nous saisit et nous retient captif de ses mots et de son jeu habités sur l’incroyable « Night Channels », monument sidérant de ce nouvel opus, dont on ressent chaque seconde comme un nouvel impact en nous.
De même, « Glass Coughts » s’offre l’association fusionnelle de deux voix dans ses couplets enlevés, avant de tout déchaîner dans un refrain foudroyant.

Il suffit parfois même d’une touche de piano pour vivre le grand tumulte des sentiments, celui qui nous parcoure le corps entier, rend nos mains plus moites et nous fait vibrer plus fort intérieurement. Et de quelques cordes de violon puis d’alto pour que tout bascule et que l’on s’abandonne totalement le temps d’un instrumental salvateur et bienfaiteur (Winding Cloth) ouvrant son immensité picturale sur le sublime « Redwoods ».

« Dealer » s’empare d’une poésie et d’une sensibilité qu’on ne lui accorde pas en premier lieu, sous-jacente et surgissant dans les passages les plus virevoltants et riches du projet, amenant cordes et cuivres à vivre la parfaite union (Laundered) dans ses moments les plus intimistes et essentiels. On pensera dans ce cas précis au (presque) guitare-voix dans une pièce emplie d’échos sur « Indica », au post-rock instrumental et vaporeux de « Coda » ou à l’inévitable conclusion « Three On A Match », dont le clavier et quelques artifices lo-fi seront sublimés de toutes leurs forces par le chant grêle de Conor Murphy.

crédit : Mitchell Wojcik
crédit : Mitchell Wojcik

Foxing nous revient avec un album saisissant et absolument incontournable, qui, à n’en pas douter, fera date dans l’histoire de l’emo des années 2010, au risque de ne pas faire long feu chez les disquaires à force de devenir l’objet rare et tant convoité par de fins connaisseurs et collectionneurs des productions du genre.

« Dealer » de Foxing, sortie le 30 octobre 2015 chez Triple Crown Records.


Retrouvez Foxing sur :
FacebookTwitterTumblr

Partager cet article avec un ami