[LP] FOUDRE! – KAMI神

Les musiciens de FOUDRE!, déjà connus pour leurs différents projets (Oiseaux-Tempête, Mondkopf, Saåad, Autrenoir…), nous offrent avec « KAMI神 » l’enregistrement d’une improvisation live, un moment auquel on n’a jamais assisté et qui ne se reproduira jamais à l’identique.

Qualifiée par leurs soins de drone tellurique, cette musique commence timidement, ponctuée d’éléments incertains qui s’effacent dès qu’ils se sont laissés entendre. Il n’y a qu’un thème qui se dessine dans ce prélude enfumé, thème qui s’approche et s’en va comme des sirènes. Ces ondes qui montent et redescendent semblent s’adresser qu’à leur propre écho. Avec elles, on entre dans un langage de machines. Il ne reste de l’humain que ses cris. Découpé en cinq morceaux par commodité, « KAMI » est un album sans rupture et vaut la peine d’être écouté dans son ensemble. Son premier titre, « Raijin », se présente comme l’introduction d’une glissade irrésistible pour l’auditeur. Le son, quant à lui, ne fait que gonfler. Chute ou ascension, rétrécissement ou croissance, le processus est toujours progressif. Pour rester au Japon, l’album pourrait évoquer la transformation de Testuo dans le film Akira, qui grandit jusqu’à n’en plus pouvoir en absorbant toujours plus de matière.

Si le début de cette improvisation a plutôt la forme d’une plainte, les éléments s’ajoutant à celle-ci lui donnent une densité de plus en plus agressive. La composition est toute en arborescence et ne semble avoir d’autre limite que sa durée. Les sirènes persistent, rejointes par des nappes granuleuses, des oscillations iridescentes, des voix et des pulsations qui embrouillent les sens. Écouter cet album très fort aura pour certains des effets proches de la folie, c’est en tout cas ce qu’on vous souhaite. La clôture de cet album, incroyablement saturée et violente, achève notre envoûtement avec ce que FOUDRE! a fait de plus sombre.

Ne parlant pas japonais, on ne saura pas de quoi nous parlent les artistes avec les titres des morceaux de « KAMI ». On peut seulement retenir la puissance évocatrice des synthétiseurs, ce que l’on peut exprimer, projeter, ressentir par la musique électronique qui, dépourvue de mots, a autant de sens qu’une musique parlée. Comme Ben Frost avec « Theory of Machines », les artistes de FOUDRE! sont quatre démiurges, creusant le son comme une carrière pour le sculpter et le projeter toujours plus loin. Une expérience à vivre en live sans hésiter.

crédit : Petite Grü

«KAMI » de FOUDRE! est disponible depuis le 23 novembre 2018 chez Gizeh Records.


Retrouvez FOUDRE! sur :
FacebookBandcampSoundcloud

Partager cet article avec un ami