[LP] FOUDRE! – Earth

Réussir à illustrer une œuvre post-apocalyptique où chorégraphie et silence s’unissent afin de créer un univers aussi angoissant que fascinant semblait difficile, voire impossible. Et pourtant, FOUDRE! est parvenu à transmettre aux images de Ho Tzu Nyen une atmosphère parfaitement complémentaire, voire supérieure au matériau d’origine.

Enregistré en concert dans l’église de Saint-Merri, à Paris lors de la diffusion du film « Earth » du réalisateur singapourien Ho Tzu Nyen, la bande-originale du collectif FOUDRE! se devait de s’inspirer des mouvements de la création principale, de sa lenteur autant que de la description nihiliste de ces cinquante humains oscillant entre conscience et inconscience ; mais l’un des enjeux primordiaux de l’exercice était également d’offrir un opus permettant tout autant de s’immerger dans le long-métrage que de donner naissance à un album à part entière, dont l’identité serait totale et pourrait être distinguée de son rôle premier. Défi de taille lors d’une telle prestation ; pourtant, « Earth » est un disque passionnant, que beaucoup qualifieront d’ambient alors qu’il est bien plus que cela. Une collection ininterrompue de charmes, de sonorités magiques et inspirées, d’expérimentations jamais rebutantes mais totalement immersives.

Dès « Still-Life », le groupe, constitué de Frédéric D. Oberland, Romain Barbot, Gregory Buffier, Paul Régimbeau et Christine Ott, installe une inquiétante féerie entre naturalisme et pesanteur, un onirisme noir mais pourtant chargé d’électrons positifs prêts à éclater et rendre mobiles les membres calcifiés de corps étendus, attendant leur moment de grâce. Disséminant les sons les plus intrigants et essentiels au sein de pistes en perpétuelle évolution (la progression intense de « Flesh », la beauté fulgurante et délétère de « Goliath »), FOUDRE! ne fait pas qu’interpréter une bande-son destinée à valoriser la vision déjà complexe d’un réalisateur osant transcender le cinéma ; il s’approprie chaque éclairage, chaque rôle, devenant le complément essentiel des actions et pauses d’un phénomène visuel hors du temps et de l’espace. Ainsi, « Sleep » s’insinue dans un contexte pourtant mystérieux et parfois malsain, en y apportant une délicatesse rassurante et essentielle, de même que « Ruins / Medusa » explose dans sa seconde partie, alternant passages obscurs et lumineux avec un concision admirable que « Mirror » vient achever, entre plénitude et tendresse.

Là où d’autres auraient simplement accordé quelques instants improvisés à un film éthéré, FOUDRE! va bien au-delà des apparences, livrant une réelle relecture ainsi qu’un album aussi indispensable que merveilleux et confortable, qui se savoure autant qu’il dérange. Car la musique ici proposée éveille chacun de nos sens, modifiant notre perception d’une réalité qui ne sera plus jamais la même. Un chef-d’œuvre inclassable et d’une beauté foudroyante et viscérale.

« Earth » de FOUDRE! est disponible depuis le 17 février 2017 chez Gizeh Records.


Retrouvez FOUDRE! sur :
FacebookBandcamp

Partager cet article avec un ami