[Création #18] Filip Chrétien

En avril dernier, nous apprenions la disparition soudaine de Jean-Louis Bergère, écrivain et chanteur angevin à la plume délicate. De lui, nous gardons en mémoire son invitation quelques années plus tôt à une veillée inédite au Musée des Beaux-Arts pour une relecture musicale et attentive de ses textes. Un moment hors du temps, tendre et passionnant. Parmi ses plus proches amis ; ils étaient nombreux, artistes de tous horizons ; chanteurs, écrivains, photographes, à lui rendre un hommage bouleversant d’intimité et de tendresse en apprenant son départ. Parmi eux, Filip Chrétien considérait Jean-Louis Bergère comme son confident, un partenaire d’exception pour se dire tout et se raconter. Pour se souvenir et faire le deuil de ce départ si brutal, le chanteur rennais avait partagé sa chanson, « L’étoile endormie ». Pour raviver la chaleur des souvenirs heureux et fraternels, pour célébrer l’inspiration, Filip dédie aujourd’hui son nouvel album, « Entre nous et la lumière » à son ami Jean-Louis. Un disque empreint de sérénité et d’une élégance toute française, dont l’écriture se fait tour à tour pudique et métaphysique, mélancolique et rayonnante. Ce quatrième album solo est un miroir de l’âme aux réfractions tendres et sincères, de la trempe d’un Daho et d’un Dominique A, au charme intemporel. Nous avons proposé une carte blanche à Filip pour nous raconter l’écriture de ce nouvel opus, au gré des rencontres et des mémoires qui demeurent.

crédit : Christophe David

Février 2020

Lorsque j’ai commencé à envisager de retravailler sur un nouvel album (le dernier, « Devant », était paru fin 2018), je n’avais aucune idée, ni du ton, ni de la couleur que je voulais donner à ce disque. J’ai même éventuellement pensé ne composer que quelques titres que je diffuserai, comme ça spontanément, dans la confidence, au fil du temps, sans vraiment vouloir rassembler ces chansons sur un support physique. Les choses, finalement, se sont passées différemment.

Studio du Faune, 21 février 2020

« Avant de quitter la terre » est le premier et unique titre enregistré en studio sur cet album. Il m’a fallu un peu de temps pour réussir à trouver mes marques sur cette chanson que nous avions composée avec mon fidèle compère Olivier Loas, car elle sortait un peu de ce que j’avais l’habitude de proposer jusqu’ici. Un peu plus mélodique, plus « pop » peut-être. Au final, j’aime beaucoup ce titre et j’ai un excellent souvenir de ces deux jours passés en studio avec mes amis musiciens Pierre Corneau, Gilles Morillon, Niko Boyer et Olivier sous la direction de Romain Baousson que j’avais convié pour la réalisation de ce morceau. Comme à mon habitude, j’ai terminé le texte pendant les dernières prises de voix.

crédit : Alain Clavier

Concert au Méliès (Rennes), 28 février 2020

Je me rappelle ce beau concert qu’on a fait ce soir-là, j’avais invité mon ami Frédéric Lo à ouvrir la soirée pour présenter les chansons de son dernier album, seul avec sa guitare. Il y avait une centaine de personnes dans la salle. C’était très chaleureux. Les gens avaient l’air très heureux d’être là. Peut-être que sans le savoir, ils sentaient que cela ne se reproduirait pas avant un moment, car le confinement n’était pas très loin.
Quand j’invite Fred à Rennes, on passe le weekend ensemble à la maison, on parle de tout et beaucoup de musique, on se fait écouter nos compos respectives. On échange nos avis. J’écoute ses conseils et ses encouragements. Ce soir-là, je me rappelle qu’il m’a dit : « Continue ton disque, tu as de belles chansons ».

Avril 2020

« Avant que la nuit tombe » est une chanson que j’avais écrite en 2019 pour proposer à un autre artiste, mais qui n’avait malheureusement (et peut-être heureusement) pas retenu son attention. Je l’ai retrouvé sur un carnet pendant le premier confinement et j’ai demandé à Olivier de m’aider à en faire la musique et les arrangements. J’avais dans l’idée d’en faire quelque chose d’assez cinématographique, un peu comme une BO de film. Quelque chose de très imagé. Un brin nostalgique.

Comme nous étions un peu isolés chacun chez soi sur cette période, il m’arrivait d’envoyer des maquettes de ce que j’enregistrais à quelques amis. J’ai envoyé ce titre à mon ami Sylvain Leduc qui est réalisateur. C’était juste comme ça, pour lui faire écouter ce que je faisais sur le moment. Il l’a écouté et m’a juste dit : « J’adore cette chanson et je voudrais essayer de te faire un clip ». Une semaine après, Sylvain m’envoie son travail. J’ai adoré sa réalisation, je l’ai trouvé très belle, sincère et authentique. On a sorti le clip dans la foulée. Je crois que pas mal de personnes l’ont beaucoup aimé. Cette chanson a donc une belle histoire pour moi et pour Sylvain aussi je crois pour différentes raisons.

Mai à août 2020

J’ai continué à écrire un peu pendant cette période « Les courants d’air », « Quelque chose », mais j’avoue m’être un peu éloigné de mon projet initial et rapproché de ceux qui m’entourent. Ce qui n’était pas forcément un mal, car je me sentais assez fragile à ce moment-là. Certains artistes ont été très prolifiques et créatifs pendant cette période, pour moi ça a été compliqué. Je n’arrivais plus à allumer mon ordinateur pour enregistrer quoi que ce soit. On s’appelait souvent avec Pierre (Corneau). Il me disait à chaque fois « Allez Phil ! il faut qu’on se voie pour bosser sur des compos ! ». Je n’y arrivais plus et ça a duré des mois. À la fin du mois d’aout, j’avais tout de même accepté l’invitation de Fred Picard pour faire un concert sur la scène de la Guiguette du MEM avec le band au complet et j’avais à nouveau convié Fred Lo à jouer en ouverture de notre concert. Il y avait beaucoup de monde et c’était vraiment un très beau moment. Ça a été le dernier concert que l’on ait fait il y a donc plus d’un an maintenant. La photo qui fait la pochette de « entre nous et la lumière » a d’ailleurs été prise ce jour-là en quelques secondes par la photographe Marie Le Mauff.

crédit : Marie Le Mauff

26 avril 2021

Il y a des jours que l’on n’oublie jamais.

Celui-ci est le jour ou mon ami-confident Jean-Louis Bergère (chanteur et poète angevin) s’en est allé. Ce jour-là, la terre s’est effondrée sous mes pieds. Je connaissais Jean-Louis depuis peu (2014), mais suffisamment pour être dévasté par cette triste nouvelle. Quelques jours après que Eve, sa compagne, m’ai appris son départ, je n’ai pas pu m’empêcher d’écrire, pour combler un grand vide. Pour me souvenir. Pour me soutenir. Jean-Louis faisait partie de ces personnes attachantes, intelligentes, sensibles dont on ne se lasse jamais d’avoir comme ami et dont on a besoin pour avancer, pour apprendre à voir les choses plus belles.

Mai 2021

J’ai rappelé Olivier pour lui demander s’il était d’accord pour travailler sur de nouvelles chansons que j’avais en tête dont une que je venais d’écrire en pensant à mon ami parti, elle s’appelle « l’étoile endormie ». Il m’envoie une piste de piano quelques jours après. Je trouve ça très beau. Je la fais écouter à Eve. Elle l’aime aussi beaucoup. Je demande à Blaise Desol (le guitariste de Jean-Louis) de poser une guitare sur le titre, ce que Blaise fait avec plaisir.

Je reprends goût à écrire. Je me dis que si je dois penser à Jean-Louis tous les jours, autant que j’en fasse quelque chose de beau. Durant les quelques mois qui ont suivi, nous avons beaucoup travaillé avec Olivier sur les autres titres pour terminer ce disque « Reste », « Combien de promesses ». Comme une urgence de finir à tout prix ce que j’avais commencé il y a plus d’une année.

En parallèle me sont venus l’envie et le besoin d’initier un autre projet en hommage à mon ami. Un livre /disque avec ses textes et ses chansons interprétées par différents artistes. Quelque chose de beau et de sincère, à l’image de l’homme qu’il était. C’est en m’immergeant dans ses écrits pour préparer ce projet que j’ai découvert ce merveilleux texte, « Jardin suspendu » que j’ai décidé, avec l’accord de Eve, de mettre en musique avec Olivier pour ouvrir « Entre nous et la lumière ». Je suis très heureux que ce disque ouvre sur ses mots. Je crois qu’il en aurait été très heureux également.

Mon interrogation restait cependant la suivante à l’écoute finale de ces chansons qui allaient composer cet album : comment faire cohabiter des titres écrits et composés sur une période aussi longue et tellement ponctuée de silences pour que cela fasse quelque chose de cohérent sur un disque ? J’avais un peu peur de ça, mais mon ami Gilles Martin, qui a mixé ce disque comme les précédents d’ailleurs a été très vigilant sur cet aspect. Je pense que ce disque peut raconter une histoire à qui voudra bien l’écouter. Pour ma part, j’en suis finalement assez fier, je pense que c’est aussi le ressenti d’Olivier (Loas).

Filip et Olivier – crédit : Alain Clavier

« Entre nous et la lumière » de Filip Chrétien est disponible depuis le 5 novembre 2021 chez Coop Breizh et les Disques Normal.


Retrouvez Filip Chrétien sur :
FacebookTwitterInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami