[LP] Encore! – IO

Imprégné d’une folie dansante contagieuse et inépuisable « IO » de Encore! fréquente autant les dancefloors que les arrière-salles, là où tout peut se jouer, entre addiction et excitation. Sensuel et torride, le disque marque d’une pierre blanche une nouvelle génération musicale, quelque part entre la French Touch et la liberté de créateurs ne voulant surtout rien faire comme tout le monde. Et grand bien leur en a pris !

Un avertissement, pour commencer : si vous pénétrez dans « IO », le nouveau disque d’Encore!, vous risquez de ne plus pouvoir en sortir. En effet, les Versaillais ont tout mis dans cette offrande, voire bien plus encore : de la folie douce et contaminant quiconque se dresse sur son chemin, des rythmes et pulsions électroniques ravageuses et parfois tendres, un chant obsédant et nous faisant de l’œil, le tout porté par une production permettant de distinguer aussi bien l’ensemble que ses détails intrinsèques. Et nul besoin d’affirmer qu’on tient là une pure source de plaisirs autant physiques que psychiques ; une formule savante qui, une fois bue, nous conduit inexorablement vers les mouvements tantôt souples, tantôt saccadés de nos membres en roue libre. Dosant parfaitement leurs intentions, Guillaume et Baudouin traversent des paysages à la fois disco et plus intériorisés, alternant ainsi pulsations cardiaques et impulsivité corporelle avec précision et respect.

Dès « California », cette douce et entêtante aptitude à faire de nous les victimes consentantes d’un tour de manège où chacun aura son rôle à jouer se fait prégnante : Encore! entraîne l’auditeur dans un univers étincelant, au milieu duquel quelque chose reste cependant tapi dans l’ombre, prêt à jaillir. On sais d’ores et déjà que les nuques seront ankylosées le lendemain, de mêmes que les bras et jambes ; l’exposition sans détour du talent de nos deux compositeurs coule de chaque accord, de chaque beat appuyé et puissant. Une recette qui s’avèrera la bonne, entre funk échevelé (« Bad Schedules », « The Entertainer ») et électro-rock ravageur et s’insinuant dans nos esprits en toute liberté (l’explosif « Shock », qui mérite amplement de devenir un inaltérable exemple de justesse et d’intelligence harmonique). Entre ces minutes de lave et de chaleur brûlante, « 131 Seas » calme la tempête en laissant sinuer sous nos yeux une source calme et apaisant notre soif, quand, plus loin, « Walk » et « Last Dean » dépouillent l’instrumentation pour ne garder que l’aspect synthétique le plus sincère et immédiat. Et l’on se surprend à ne pas pouvoir interrompre nos chorégraphies, improvisées certes, mais tellement bénéfiques.

La force de « IO » repose entre les mains de ses maîtres d’œuvre ; car ceux-ci ont parfaitement compris comment la musique, lorsqu’elle se revendique comme motivante, doit fonctionner et être caressée et honorée, afin qu’elle livre tous ses secrets. Encore! a percé ceux de la synthèse parfaite entre réflexion et exultation, et nous démontre par l’art que tout est possible, que tout se vit et se partage. Un opus généreux, parfait et infernal !

crédit : Christophe Rassat

« IO » de Encore! est disponible depuis le 17 novembre 2017 chez Endless Summer.


Retrouvez Encore! sur :
FacebookTwitterSoundcloud

Partager cet article avec un ami