[LP] Emily Rodgers – Two Years

Un nouvel album après sept ans d’attente et des promesses plus que tenues ; avec « Two Years », Emily Rodgers se démarque des influences qui lui ont, à tort, été appliquées et crée son propre songwriting, entre beauté immaculée et mélancolie rédemptrice.

emily-rodgers-two-years

On ne croyait plus possible nos retrouvailles avec la chanteuse américaine Emily Rodgers ; un disque en 2009, « Bright Day », puis plus rien. Et dire que ce premier chef-d’œuvre nous avait marqués relève de l’euphémisme, tant l’artiste s’inscrivait dans une mouvance éthérée où elle était destinée, forcément, à être comparée à Mazzy Star ou Cat Power, tandis que son talent d’écriture allait toujours plus loin dans l’intimité. Aujourd’hui, grâce à « Two Years », elle revient avec sa volonté croissante de prouver qu’elle seule connaît les méandres de son âme et la manière la plus à même de les dévoiler par la musique. SA musique. SA parole. SA vie entre nos mains. Sept ans d’attente auront été nécessaires, mais le résultat est une symphonie intimiste de compositions intérieures et profondes, qui déciment autant qu’elles émeuvent.

En dix titres d’une moyenne globale de cinq minutes chacun, Emily Rodgers visite tout ce que le folk et la soul, dans sa forme la plus épurée, offrent de possibilités pour traverser les déserts d’une existence au bord du gouffre et d’une main tendue pour ne pas chuter. Du révélateur et introductif autant qu’introspectif « No Last Call » à l’éponyme « Two Years », sur lequel sa voix se fait multiple et dialogue avec des cordes étirées et brisées, l’Américaine, toujours accompagnée de Kramer à la production, dénoue les fils d’instants de vie pris sur le vif et entremêlés, afin de mieux les séparer les uns des autres pour les analyser et les laisser partir. Libérer sa conscience (« Hurt », « Burn Out ») pour mieux se la réapproprier ; tel est l’objectif qu’elle s’est fixé et qu’elle parvient à atteindre avec un sens du spleen et de la nudité instrumentale marquants et extatiques.

Tous ces fardeaux, Emily Rodgers les chante, les exprime à travers une voix faussement détachée, mais qui porte à elle seule les souffrances d’un passé condamné à être immortalisé sur disque. « Two Years », pièce maîtresse d’une musique aérienne et duveteuse, s’impose d’emblée comme l’un des meilleurs albums de l’année, pour chacun d’entre nous ; car il nous parle, nous murmure ses complaintes à l’oreille et nous berce avant de nous plonger dans un état second dont il sera difficile de ressortir indemne, comme le prouve la déambulation nocturne « In The City », errance dans les rues désertes d’un lieu propice à la confrontation au manque et à la cruauté de la solitude. Imparable. L’apaisement après la tourmente ; et un nouveau regard tourné vers un destin qui ne sera définitivement plus ce qu’il semblait être.

crédit : Danielle Mediate
crédit : Danielle Mediate

« Two Years » d’Emily Rodgers est disponible depuis le 10 juin 2016 chez Misra Records.


Retrouvez Emily Rodgers sur :
Site officielFacebookTwitter

Partager cet article avec un ami