[LP] Emel Mathlouthi – Everywhere We Looked Was Burning

Embrassant la langue anglaise pour se confier autant qu’universaliser son propos poétique et engagé, Emel Mathlouthi expérimente également de nouveaux terrains instrumentaux, supports modernes de vers dont la poignante humanité nous saisit et éprouve nos plus profonds désirs de liberté.

On aura tout lu sur les nouveaux choix artistiques d’Emel Mathlouthi : évolution pour les uns, fainéantise et faiblesse pour autres, la direction empruntée par la musicienne a décontenancé de nombreux confrères et une partie de son public, marqué depuis le sublime « Ensen ». Fallait-il pour autant crier au scandale, comme cela a été fait, plus que tout par facilité ? Certainement pas ; c’est même une honte, tant « Everywhere We Looked Was Burning » est, techniquement et au niveau de ses étonnants arrangements, un disque méticuleux sans être une seule seconde difficile d’accès. Un opus choral, où les pistes et boucles électroniques demeurent constamment au service de la voix elle-même. En mélangeant échantillons traditionnels et modernité de la création, Emel a choisi de nouveaux supports à son éloquence, qu’elle accueille et chérit au creux de chaque nouvelle mesure. Un travail d’orfèvre, précis et fascinant.

Depuis « Rescuer » jusqu’aux chœurs dépassant les frontières du puissant et émouvant « Merrouh », « Everywhere We Looked Was Burning » constate l’embrasement d’un monde où l’art ne trouve plus aucun repère, bafoué et rejeté en tant qu’expression populaire directe. La révolution que symbolise la pochette elle-même nous invite à voir l’essentiel : plus que contestataire, il est un langage à part entière, qui cherche sa propre bande originale afin de mieux guérir les blessures qu’on lui avait infligées. Emel s’y donne corps et âme, dans la production, dans une interprétation à couper le souffle, sentimentale et intransigeante. Les cordes et nappes synthétiques forment une atmosphère sonore d’une densité tragique et éloquente absolue, attirante et lumineuse. Un éclair qui nous éveille, nous berce parfois (« Does Anybody Sleep ») et nous saisit le cœur, souvent (le profond et ethnique dépouillement de « Womb », la progression harmonique sensible et poignante de la piste éponyme).

« Notre monde brûle », entend-on régulièrement au fil des médias. Incandescent mais, plus que tout, apaisant les plaies consumées de nos âmes, « Everywhere We Looked Was Burning » d’Emel Mathlouthi s’impose d’emblée comme le baume idéologique d’une génération perdue, mais apercevant enfin les possibilités infinies de l’être humain mobilisé autour d’une artiste seule à même de les faire resplendir.

« Everywhere We Looked Was Burning » d’Emel Mathlouthi, disponible depuis le 27 septembre 2019 chez Partisan Records.


Retrouvez Emel Mathlouthi sur :
Site officiel – FacebookTwitter

Partager cet article avec un ami