[Live] Les 20 ans du Chabada : Birthday Party #1

Ce vendredi 28 février, le Chabada organisait sa première Birthday Party à l’occasion de ses 20 ans avec pour tête d’affiche la sulfureuse Ebony Bones.
On pouvait également compter sur les énergiques kids belges de Compact Disk Dummies, remplaçants de dernière minute de l’anglais Show n Prove, sur le DJ set sauce orientale d’Acid Arab et sur celui des compères de French Doctors sur fond de mashup entre électro et hip-hop.
(Article co-écrit avec Yann Puron).

crédit : Fred Lombard
crédit : Fred Lombard

La première surprise vient de Belgique. Compact Disk Dummies, ou les jeunes frères Coorevits et leur électro punk nerveux à voir et vivre en live.
Si on rattache d’abord le projet aux français de Carbon Airways (pour le côté fratrie comme pour la précocité du projet), on pense ensuite aux héritiers potentiels d’un Calvin Harris époque « I Created Disco », version surexcitée.

Une chose est sûre, l’énergie comme la maturité du projet ont de quoi susciter l’intérêt d’un public encore épars.
Avec son clavier monté sur des ressorts, Lennert au chant et à la guitare fait le gros du spectacle supporté par son plus réservé frère, Janus, aux (toys) machines.
Lennert Coorevits, et même très vite ! Le chanteur aux cheveux blonds et bouclés s’élance dans tous les sens, parcourt la scène et saute guitare à la main dans le public pour mieux le (sur)prendre à son jeu !

Sauvage et presque épileptique, le duo flamand frappera le timide public de ses hits « The Reeling », « Mess With Us » et « What You Want » qui feront fort heureusement réagir quelques têtes dans l’assemblée.

Après les autres belges de The K. en novembre dernier, les outsiders Compact Disk Dummies font figure de révélation de cette soirée anniversaire, et concluront leur set sur la reprise inattendue, tonitruante forcément, du « Toxic » de Britney Spears. Respect !


Un anniversaire aux allures juvéniles se devait d’avoir des invités déguisés à un moment ou un autre. C’est là qu’intervient la chanteuse londonienne Ebony Bones, une autodidacte à l’univers bien perché que l’on a pu entendre dans des publicités télévisées.
Tout commence avec l’entrée des musiciens dans la pénombre suivis de deux acolytes aux masques de zèbre et de cheval qui ramènent le public qui s’était réfugié au bar grâce à une chorégraphie délirante. « This is the sound of Ebony Bones » : l’ancienne camarade de classe d’Amy Winehouse soigne son arrivée avec un costume déjanté. C’est parti pour un concert-carnaval court de moins d’une heure.

Ebony Bones entame son titre le plus connu très rapidement, « W.A.R.R.I.O.R. », juste après la première chanson. Le spectacle prend alors une forme tribale qui sera de plus en plus retentissante chanson après chanson. Après un saut de la Londonienne à l’intérieur du public, nous avons pu apprécier une autre chorégraphie hilarante des deux danseurs qui ont fini par revêtir des masques… d’œil. Les enfants invités à la fête feront de drôles de cauchemars ce soir.

Mention particulière au guitariste d’Ebony Bones, aussi celui des Angevins Future Dust , San Carol et Eagles Gift. Le jeune Stw s’est fait débaucher la veille, après son concert en compagnie de San Carol en première partie d’Ebony Bones au Stereolux pour accompagner la chanteuse sur les dernières dates de sa tournée française.

Ebony Bones au fur et à mesure du spectacle montrera un talent bien particulier en plus du chant : celui de transformiste. La chanteuse changera de costume en backstage plusieurs fois avant de remonter sur scène, avant même que l’on ait pu s’apercevoir de son absence.

Le rappel se clôturera par une invasion du public sur scène, invité par la chanteuse, qui finira effondrée par terre au milieu de ses fans agités. Un petit malin s’amusera même à mimer un massage cardiaque. Joli chahut.


Le Chabada redevient ensuite une discothèque cosmopolite avec le DJ Set d’Acid Arab, ce duo parisien formé à Djerba, en Tunisie, dont la presse musicale fait les éloges depuis un moment. La disposition sur scène sera entièrement minimaliste avec un membre du duo visiblement plus actif que l’autre.

crédit : Fred Lombard
crédit : Fred Lombard

À l’écoute des morceaux mis en écoute sur le net, nous avons eu peur ; mais le set s’annoncera finalement convaincant et accessible. Compromis d’acid house et de musique orientale ingénieux, la musique d’Acid Arab irradie le Chabada d’une classe folle. Une esthétique et une chaleur bienvenue en cette froide soirée d’hiver.



Retrouvez Compact Disk Dummies sur :
Site officielFacebookSoundcloud

Retrouvez Ebony Bones sur :
Site officielFacebook

Retrouvez Acid Arab sur :
FacebookSoundcloud

Partager cet article avec un ami