[Clip] [Exclusivité] DBK Project – Anastasia

C’est fascinant comme une narration bien écrite et surtout bien amenée peut nourrir remarquablement notre imaginaire d’un monde insoupçonné. Mêler science-fiction et composition originale, c’est ce à quoi est magnifiquement parvenu le quintet toulousain DBK Project dans « 480 ». Un premier album et conte d’anticipation où s’entremêle une poésie des mots à des tableaux changeants, comme les différentes humeurs et histoires traversées par ses protagonistes. Héritiers de Saint-Exupéry, Mélanie Briand et ses acolytes mettent à profit leur créativité débordante pour nous embarquer, avec autant d’audace que de talent, dans un film dont les images sont à chercher dans notre esprit. Pour guider les tendres rêveurs que nous sommes, DBK Project nous présente en exclusivité « Anastasia », court-métrage poignant sur la solitude, l’absence et la maternité dans un avenir peut-être pas si lointain.

Alors qu’il paraît désormais vain d’arrêter l’homme moderne dans sa course effrénée au confort et à la consommation, le court-métrage « Anastasia », mis en scène par le réalisateur Paul Gibert, diplômé de l’École Supérieure d’AudioVisuel de Toulouse, résonne plus que jamais avec l’actualité. De l’exil forcé à la quête de l’autre dans un monde désolé, vidé de ses habitants, c’est l’aventure que nous propose ici DBK Project en mettant en scène l’une de ses chanteuses, Milu Milpop, crashée à bord de son vaisseau sur une planète où seule la végétation a survécu.

« C’est l’histoire d’une enfant qui atterrit sur une planète et ne peut plus repartir. Pour se projeter et continuer d’exister, elle décide de se cloner et d’envoyer des fœtus dans l’espace comme des bouteilles à la mer. » Avec un robot pour seule compagnie, on suit la jeune Anastasia de l’enfance à l’âge adulte, dans sa quête déterminée d’un signe de vie extérieur. Le titre est bouleversant, entre douceur, fermeté et féminité, entre espoir et douleur vive. Associé à la réalisation et la direction artistique de Paul Gibert, « Anastasia » devient cette œuvre magistrale, ce court-métrage futuriste et sensible, au service de la musicalité du groupe et de l’interprétation toujours très juste de Milu Milpop. L’un des chefs-d’œuvre de 2019 à n’en point douter. Mention spéciale au jeune Pablo qui campe le rôle de la jeune Anastasia.

« 480 » de DBK Project, sortie le 6 juin 2019.


Retrouvez DBK Project sur :
Site officielFacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami