[EP] DAYMARK – Phare

À l’image de ses expérimentations cinématographiques, « Phare » de DAYMARK dépasse tout ce que la réalité de notre monde peut offrir. Une exploration de l’inconscient et  de l’infinité de l’univers, au confins du spectre invisible des sensations les plus inconnues.

Tout avait commencé, sans crier gare, avec le superbe clip de « Reaching » ; lors de sa découverte, le spectateur oubliait tout ce qui pouvait l’entourer, plongé corps et âme dans les décors spatiaux et mystérieux d’une quête interplanétaire qui relevait du jamais vu. En un peu plus de quatre minutes, DAYMARK s’était imposé comme l’illustrateur de tous les fantasmes ; le duo frappait fort, très fort. Musicalement, l’étrangeté qui émane des battements de « Phare » prolonge la magie, voire la transcende ; car, sous les samples vocaux et les rythmes cristallins, se dissimulent des ruptures, des émanations vaporeuses, des émotions contenues trop longtemps et enfin acceptées telles qu’elles sont. DAYMARK est bien plus qu’un simple projet baigné d’électro ; c’est un langage, un repère, une révélation – dans le sens le plus mystique du terme.

Les éléments, sous toutes leurs formes, se complètent et ouvrent une infinité de possibles à travers la puissance narrative de « Phare » ; « Reaching » bien sûr, cette destination que l’on ne connaît pas mais qui, au fur et à mesure de sa progression, devient introspective, guidée par une chant presque fantomatique et imaginaire. Puis les saveurs ethniques de « Spirit », d’une culture entre spiritualité et humanisme, entre transparence et distorsion. Les effets s’amplifient, s’étendent dans chacun de nos membres, bouleversent nos synapses et nos sens. « Walkers » convie l’âme à se laisser porter par l’apesanteur d’une danse qui, en quelques secondes, exulte, avant que la dispute et la colère sous-jacente de « Storm » ne nous ramènent au cœur du volcan, de la force incontrôlable de nos pulsions.

« Phare » paraît si proche de nous-mêmes que l’on adore s’y égarer à force de s’y identifier. DAYMARK trace les contours d’une œuvre entière, basée sur l’écoute de l’autre et sur l’appropriation des tourments psychiques de l’être. Unique.

crédit : SERGINSKI

« Phare » de DAYMARK, disponible depuis le 14 juin 2019 chez Colligence Records.


Retrouvez DAYMARK sur :
Site officielFacebook

Partager cet article avec un ami