[Entourage #105] Daniel Jea

Il est le rock français, intact, avec sa liberté, son audace et ses fêlures. À travers ses mots vertigineux et francs, énoncés avec clarté et lucidité, Daniel Jea saisit avec force sa réalité. Et cela tombe bien, son troisième album – jouant des pics d’intensité et des points de rupture – se nomme « À l’instinct, à l’instant ». À l’instinct comme huit titres urgents, dévorants, fonceurs, puissants. À l’instant comme ce besoin, parfois, de ralentir la cadence, de laisser la pression redescendre, de laisser passer la tempête pour repartir de plus belle. Accompagné par les formidables batteuses-chanteuses France Cartigny et Émilie Rambaud (The Buns), Daniel Jea est en bonne posture pour libérer l’ivresse de ses mots et l’ardeur de ses riffs de guitare étincelants (mentions spéciales pour les titres « Désaligné » et « Tout est mieux »). Deux ans après « L’homme d’à côté », le musicien parisien poursuit le rapprochement intime et sensible du rock et de la chanson. Pour la sortie de son nouvel album, Daniel qui, avant d’être chanteur à son compte, était guitariste aux côtés de Damien Saez, Françoise Hardy, La Grande Sophie (et bien d’autres), nous confie ses amitiés dans la musique. Des rencontres sincères, franches, immédiates, comme lui.

Chien Méchant

Gabriel Le Masne, du duo Chien Méchant, est un batteur que j’ai rencontré il y a un an et demi environ sur le projet chanson/pop de la chanteuse Garance, qu’on accompagne tous les deux sur scène. Le gars est adorable et super drôle en plus d’être un excellent batteur. Et j’avoue qu’on se marre vraiment bien sur les dates ensemble. Il a formé récemment ce groupe Chien Méchant avec son pote clavier pour un duo électro jazz progressif que je trouve terrible. Ils font plein de petites vidéos bien cool et ils préparent un EP pour la rentrée prochaine.


Stéphane Cadé

Au départ, j’ai rencontré Stéphane il y a environ 6 ans, car je cherchais un graphiste pour faire l’artwork de mes CDs et on m’avait dit beaucoup de bien de son taf. Le mec est top, bosse effectivement hyper bien, mais surtout, j’ai découvert en même temps un super auteur-compositeur-interprète. Il a déjà plusieurs albums à son actif, dont le dernier vient tout juste de sortir. Et c’est un délice, plein de délicatesse, de mélancolie et de poésie. J’apprécie vraiment beaucoup ce mood spleen.


Bakos

Avec Benoît Lugué, qui est bassiste, on a partagé studios et scènes lorsqu’on accompagnait il y a quelques années Jérémie Bossone puis Estelle Meyer, deux projets chanson. Le gars vient du jazz, donc plutôt en mode musicien tueur qui déboite ! C’était la première fois que je jouais avec un gars venant du jazz et c’était super agréable et confort de jouer avec lui, malgré nos différences de cultures musicales ! Il a monté depuis son groupe, Bakos, un mélange de transe / rock / électro / world / jazz, en duo avec un batteur totalement furieux. C’est à voir en live, c’est juste une dinguerie !


Avalanche

Je connais Paul Péchenart depuis 10 ans. Je m’étais retrouvé à participer à une de ses premières « chansons de Noël » qu’il enregistre chaque année (avant Noël donc !). C’est un projet un peu foufou de reprises de chansons de Noël avec, à chaque fois chaque année, des membres différents de pleins de groupes de la scène punk et rock. Paul est batteur, guitariste, chanteur, donc un musicien complet ! Il joue dans un nombre dingue de groupes punk rock (Guerilla Poubelle, Stygmate ou avec son père – ex-Dogs – qui porte le même nom (!), entre autres), enchaîne les tournées punk marathons et a toujours 200 projets sur le feu. Bref, c’est un délicieux et merveilleux suractif, enjoué et sacrément fédérateur ! Et son récent groupe tout chaud, tout frais, et chanté en français, se nomme Avalanche. Ils enregistrent leur premier album cet été.


Banda Cisma

J’ai connu Luisa, la chanteuse, au départ, totalement hors contexte réseau musique, elle est aussi professeur de philosophie ancienne ! Et en parallèle, elle a formé ce groupe, Banda Cisma, avec Marco et Bartolo, deux musiciens exceptionnels. Ensemble, ils ont réalisé ce magnifique premier album qui vient de sortir. Et que j’adore ! C’est une musique super élégante, sophistiquée, à la fois remplie de joie et de mélancolie. Depuis quelques mois, je découvre un peu plus l’immense richesse de la musique brésilienne et je dois dire que j’adore vraiment plein de choses !


« À l’instinct, à l’instant » de Daniel Jea est disponible depuis le 12 juin 2020 chez Siparka / InOuïe Distribution.


Retrouvez Daniel Jea sur :
Site officielFacebookTwitterInstagramBandcamp

Partager cet article avec un ami