[Session] COUTURIER – Et voilà

Les nuits d’été sont sans aucun doute propices aux découvertes, aux nouvelles rencontres prêtes à nous envelopper… et aux douces révélations cousues main en la présence ici de COUTURIER, un projet qui n’en est encore qu’à ses prémices.

En offrant à entendre « Et voilà », Jules Couturier ne publie que son deuxième titre original, sept mois après être discrètement apparu au détour d’un premier single (« L’orage ») et d’un concert au Bus Palladium pour fêter la Saint-Valentin.
C’est à cette même période, bien avant tout confinement, que le jeune Parisien avait choisi d’investir le stade de basket du club de Levallois, laissé désert pour l’enregistrement d’une session live qui sait nous happer dès les premiers sons.

Ce qui frappe de prime abord, c’est la qualité de production de ce titre aux moyens tout à fait modestes, dont la version live sublime les possibilités entrevues sur la version studio. Simplement accompagné de sa guitare, et de son comparse Billy Sueiro aux claviers, COUTURIER nous transporte dans une ambiance très atmosphérique dès l’apparition du refrain porté par un beat à la fois enivrant et apaisant.

Puis vient la voix. Si elle ne nous semble pas totalement inconnue, on en décerne toutefois très vite les particularités. Un timbre relativement singulier, sans exagération ni excès, franc, tout comme les paroles qu’il exprime. Jules n’a pas besoin d’aller chercher dans ses tripes pour partager ses ressentis. Jouant aussi bien de sa signature vocale – à la résonance comme contenue entre son nez et sa gorge – que de ses capacités en voix de tête par inserts, l’interprète développe un discours tendre et sincère autour de l’obsession.

Si les titres à venir savent si bien se démarquer et s’avèrent aussi entêtants, nul doute que cette obsession sera partie pour durer.

« Et voilà » de COUTURIER est disponible depuis le 4 juillet 2020 chez Piment Music.


Retrouvez COUTURIER sur :
FacebookTwitterInstagram

Partager cet article avec un ami